Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

"Grand débat" dans la Loire : une première réunion quasi 100% "gilets jaunes"

lundi 7 janvier 2019 à 5:54 Par Alexandre Berthaud, France Bleu Saint-Étienne Loire

Le député LREM de la Loire Julien Borowczyk n'a pas attendu la lettre d'Emmanuel Macron pour entamer la tournée des salles municipales de sa circonscription. La première avait lieu jeudi à Panissières, dans une salle composée quasi-uniquement de sympathisants des gilets jaunes.

Dans la salle, mis à part quelques élus, seuls des gilets jaunes participaient à ce "grand débat".
Dans la salle, mis à part quelques élus, seuls des gilets jaunes participaient à ce "grand débat". © Radio France - Alexandre Berthaud

Panissières, France

Au bout d'une heure trente de "débat", le député LREM Julien Borowczyk (Loire), n'avait écrit que quelques lignes sur son bloc-notes. En tout, sur les trois heures de cette première réunion dans le cadre du "grand débat" promis par Emmanuel Macron, l'ancien médecin généraliste aura surtout été occupé à répondre à la colère et aux critiques des personnes lui faisant face. Dans la (trop) petite salle municipale de Panissières -"excusez-moi de vous recevoir debout je ne m'attendais pas à autant de monde", a dit monsieur le maire- 80 personnes environ se sont serrées, désireuses de s'exprimer face à leur élu de circonscription.

Incompréhension, mais dialogue

La majorité du temps on pouvait sentir l'incompréhension voire les prémices de la colère chez les citoyens, remontés contre (liste non-exhaustive) la répression policière, le montant des retraites, le train de vie de l'État, la transition écologique, la décentralisation, la CSG, la politique de santé. Surtout, les gilets jaunes voulaient s'exprimer et c'est ce qui explique selon le député et selon des membres du mouvement cette première réunion un peu brouillonne.

Néanmoins, Julien Borowczyk aura pu noter quelques idées claires dans sa synthèse, notamment celle du besoin de démocratie directe. Le fameux RIC (Référendum d'Initiative Citoyenne) est un symbole de ce besoin d'expression d'une partie de la population présente sur les ronds-points depuis le 17 novembre. 

Les échanges ont parfois été houleux, mais il n'y a pas eu de débordements entr eles gilets jaunes et le député de la Loire Julien Borowczyk. - Radio France
Les échanges ont parfois été houleux, mais il n'y a pas eu de débordements entr eles gilets jaunes et le député de la Loire Julien Borowczyk. © Radio France - Alexandre Berthaud

Promesses parlementaires

À la fin de cette première réunion, les gilets jaunes ont salué dans l'ensemble la présence et l'écoute du parlementaire, tout en restant méfiant sur les conséquences réelles de l'opération. Julien Borowczyk, lui, a promis de remettre la synthèse des synthèses (il y aura 12 réunions en tout) à Edouard Philippe et Emmanuel Macron, photo à l'appui. Pour ne pas "faire de la communication", il s'est aussi engagé à quitter La République en Marche si rien ne changeait suite à ce "grand débat".

Vampirisation du débat

Reste une crainte, celle d'une parole publique accaparée par quelques gilets jaunes. Car ils étaient beaucoup lors de cette première réunion à promettre de venir aux suivantes, ce qui faisait sourire le député, avant qu'il ne précise, "ce serait bien de voir d'autres personnes, sinon ce ne sera pas représentatif"