Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Grand débat national en Dordogne : déjà 82 réunions publiques organisées

jeudi 14 février 2019 à 14:23 Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord

Nous sommes à mi-parcours du grand débat national. Au 15 février, 82 débats ont été organisés, ou vont l'être en Dordogne dans 56 communes différentes. Plus de quatre communes sur cinq ont par ailleurs mis en place des cahiers de doléances en mairie

Frédéric Roussel, le sous préfet de Nontron en charge du grand débat en Dordogne
Frédéric Roussel, le sous préfet de Nontron en charge du grand débat en Dordogne © Radio France - Antoine Balandra

Périgueux, France

Nous sommes à mi parcours. A mi grand débat exactement ce vendredi 15 février. Le grand débat national lancé par Emmanuel Macron a été lancé le 15 janvier et il se terminera le 15 mars.

A mi parcours donc, plus de 800.000 contributions ont été postées sur le site national dédié. Pour 6480 réunions publiques organisées en France.

En Dordogne, 82 réunions ont déjà été organisées dans 56 communes différentes. Ce qui nous place dans la moyenne des départements ruraux ayant la même population. Devant la Charente, mais derrière les Landes par exemple.

La Dordogne participe donc plutôt bien au débat. A un (gros) détail près : la quasi absence de jeunes. Car le constat est clair : après un mois de grand débat en Dordogne, les réunions rassemblent essentiellement des retraités de catégorie socio-professionnelle plutôt supérieure. En moyenne 40 à 50 participants à chaque fois.

Pour tenter d'élargir l'audience des débats, des étudiants vont donc débarquer le 28 février et le premier mars à la poste centrale de Périgueux. Ils tiendront un stand grand débat et seront chargés de recueillir vos propositions ou remarques directement.

En ce qui concerne les débats, la commune qui en a pour l'instant organisé le plus, c'est Bergerac, elle en compte déjà sept, devant Mussidan, cinq.

Eygurande et Gardedeuil 400 habitants et Saint Louis en L'isle, 300, sont les plus petites municipalités à avoir franchi le pas. 

Parfois, les débat sont longs, la preuve à Trémolat (600 habitants), une réunion aurait duré plus de quatre heures. 

La préfecture explique qu'aucune thématique forte ne ressort pour l'instant. Mais que les discussions se passent généralement très bien en présence souvent de gilets jaunes.

La Dordogne se distingue enfin par la forte utilisation des cahiers de doléance. Près de quatre communes sur cinq en ont déjà mis à disposition de leurs habitants.

Les associations peu mobilisées pour l'instant

Enfin, autre point à noter. La faible implication pour l'instant des associations qui ont organisé peu de débats. A noter quand même les débats mis en place par la CCI et le Medef, la chambre des métiers, et bientôt la chambre d'agriculture.

Le 8 mars, les centres sociaux vont aussi organiser un grand débat sans doute à Périgueux. Et puis n'oubliez pas les débats organisés par France Bleu Périgord. Le 7 mars, à 18h, rendez-vous à Saint-Astier pour parler pouvoir d'achat. Et ce jeudi 14 février au soir à Montignac, au cinéma Vox sur le thème de la citoyenneté.

Sachez enfin que des conférences régionales seront bientôt organisées les 15 et 16 mars et les 22 et 23 mars. Pour la Nouvelle-Aquitaine, ce sera à Bordeaux. Un tirage au sort par numéro de téléphone permettra d'inviter un panel de citoyens représentatifs de la société française à participer à ces débats.

Au fil des semaines, les restitutions mises en ligne sur le site du grand débat national seront publiées et consultables. La préfecture promet une transparence totale. Les cahiers de doléances seront également remontés au niveau national et numérisés.