Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Grand débat : première réunion des artisans et indépendants en Normandie

L'Union des entreprises de proximité a organisé ce lundi son premier "grand débat". C'était à Caen en Normandie. Une trentaine d'artisans, commerçants et professions libérales ont participé.

L'échange a duré deux heures, avec une trentaine de participants.
L'échange a duré deux heures, avec une trentaine de participants. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Caen, France

Après le grand débat national lancé avec les maires par Emmanuel Macron à Grand Bourgtheroulde (Eure), au tour de la société civile de prendre part au dialogue. L'Union des entreprises de proximité (qui regroupe des artisans, des commerçants et des professions libérales) va organiser des débats dans toute la France.

Le premier, c'était ce lundi 22 janvier en Normandie, à la Maison des artisans de Caen. Deux heures d'échanges, sans gilets jaunes, uniquement entre indépendants : coiffeurs, plombiers, chauffeurs de taxi, électriciens, couturières, commerçants. Une trentaine ont participé.

Deux heures d'échanges

Beaucoup de sujets ont été évoqués librement : baisse des charges patronales, assurance chômage, retraite, médecine du travail, formation des apprentis, transition énergétique...

"L'Etat ne peut pas faire sans les corps intermédiaires"

Pour Christophe Doré, le président de l'U2P Normandie (qui regroupe 93 000 entreprises ), c'est grâce au dialogue qu'on peut espérer résoudre la crise : "Il était temps d'avoir cette concertation, car on était un peu inquiet. On a des artisans sur les ronds points, d'autres exaspérés de ne pas pouvoir travailler le samedi à Caen, Rouen ou au Havre. Il ne faut pas s'opposer, il faut construire, c'est ce qui va permettre de trouver des solutions, à condition qu'il y ait une vraie écoute. L'Etat ne peut pas faire sans les corps intermédiaires."

"Ce grand débat, on l'attendait" - Christophe Doré

Dans la salle, personne n'était sur les ronds-points. Même s'ils comprennent les souffrances des gilets jaunes, beaucoup ont souffert des blocages. Ce grand débat pour eux, c'est une chance de peut-être faire bouger les choses : "Les gens se sentent concernés mais n'ont pas envie que ça se passe sur les ronds-points. Ils ne sont pas les seuls en souffrance : dans ma petite entreprise je n'ai eu personne en décembre !" explique une couturière. "C'est plus important de débattre entre nous et transmettre nos doléances au gouvernement que d'aller casser" enchérit un chauffeur de taxi retraité.

"Tout ne peut pas être réglé en huit jours"

"J'espère qu'Emmanuel Macron viendra aussi dans des réunions de concertation avec les petites entreprises."

Guillaume Dartois, qui dirige trois salons de coiffure et emploie seize personnes, poursuit : "Le président c'est bien qu'il invite des maires dans toute la France mais la vie des maires ce n'est pas la vie des artisans et des particuliers. J'espère qu'Emmanuel Macron viendra aussi dans des réunions de concertation avec les petites entreprises."

"Laissons faire du dialogue social dans les entreprises" Guillaume Dartois

Des doléances communes avec les gilets jaunes

Les doléances rejoignent parfois celles des gilets jaunes, notamment sur les 80 km/h : "En campagne, 10 km/h de moins c'est une perte de temps et d'argent".  Et certains tentent aussi de proposer des solutions, sur l'écologie par exemple : "On pourrait supprimer la TVA pour les travaux de retouche pour inciter les gens à réparer plutôt que jeter". 

Au bilan : un débat policé, sans éclat de voix. Tous repartent satisfaits. Cet électricien n'a qu'un seul regret "Il y avait très peu de jeunes. Peut-être que comme moi ils n'osent pas prendre la parole."

L'U2P Normandie va faire un compte-rendu, envoyé à l'U2P nationale, chargé elle-même de les transmettre au gouvernement. Les chambres de commerce et de l'industrie et les chambres de métier réfléchissent aussi à organiser des grands débats dans la région.

Le reportage France Bleu Normandie

Choix de la station

France Bleu