Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grand froid : une soixantaine de personnes sans domicile hébergées dans un gymnase à Halluin

-
Par , France Bleu Nord

La neige, puis le verglas... Le plan grand froid a été activé mardi dans 22 départements français. Dans le Nord, un gymnase d'Halluin accueille jour et nuit une soixantaine de personnes sans logement. Cette salle pourrait rester accessible pendant une semaine.

La salle reste ouverte toute la journée et des repas sont proposés aux personnes hébergées.
La salle reste ouverte toute la journée et des repas sont proposés aux personnes hébergées. © Radio France - Hélène Fromenty

La neige nous laisse un peu de répit, mais les températures sont encore bien basses, dans les Hauts-de-France, en cette fin de semaine. Dans la métropole lilloise, à Halluin, une soixantaine de personnes sans domicile - dont près de la moitié sont mineures - sont hébergées dans un gymnase depuis quatre jours. La salle a été réquisitionnée mardi soir, dans le cadre du plan "grand froid", activé dans 22 départements, dont le Nord et la Pas-de-Calais. Au total, 800 places d'hébergement supplémentaires ont été débloquées dans toute la France. 

"Ici, c'est très chaleureux, calme et convivial, sourit Thierry*, assit sur un lit de camp pliable. Quand je suis arrivé on m'a donné une couverture, ce lit, et un café chaud. Tout simplement." Lui est sans domicile fixe depuis plus d'un an, et n'a plus de travail. Alors même si le gymnase manque un peu d'intimité, il est heureux de pouvoir dormir au chaud, manger deux repas par jour et se laver. 

Chaque personne dispose d'un lit de camp et d'une couverture.
Chaque personne dispose d'un lit de camp et d'une couverture. © Radio France - Hélène Fromenty

"Moi, je n'ai jamais dormi dans la neige, mais j'ai déjà passé la nuit dehors, par moins trois ou moins quatre degrés, raconte Mike, un jeune SDF de 22 ans qui vit dans la rue depuis l'adolescence. Il faut mettre du carton par terre, pour éviter d'avoir trop froid, mais c'est presque impossible de se réchauffer. On tremble de partout et parfois on a peur de ne pas se réveiller." 

Trouver un vrai logement

Tous les deux, comme la plupart des personnes hébergées dans la salle Faidherbe, ont composé le 115, le numéro du samu social. "Ça a été une très bonne nouvelle, reprend Thierry, qui aimerait malgré tout trouver un vrai logement. J'ai fait une demande auprès de la métropole lilloise et j'attends une réponse. Ça changerait tout : je pourrais accueillir mes deux enfants, préparer des repas. La vraie vie quoi."

Ce gymnase, Gustave Dassonville, le maire LR d'Halluin, le met à disposition des plus démunis tous les ans depuis le début de son mandat, en 2014. "Il y a une tradition de la solidarité dans la commune, explique l'élu. On a du mal à supporter l'idée que, par ces températures, des gens dorment dehors."

Une salle à manger a aussi été improvisée dans le gymnase.
Une salle à manger a aussi été improvisée dans le gymnase. © Radio France - Hélène Fromenty

Il en profite d'ailleurs pour faire passer un message aux maires des autres villes du département. "Sur la métropole lilloise, nous sommes très peu nombreux à prêter une salle. L'an passé il y avait Ronchin, Wattrelos l'a aussi fait. Mais je pense que d'autres communes devraient s'y mettre, des villes même plus riches que les nôtres." 

Alors certes il y a "une gêne" car le gymnase ne peut plus être utilisé par les scolaires ou les associations sportives pendant plusieurs jours, a prioiri pendant une semaine cette année. Mais "les gens comprennent bien" assure Gustave Dassonville. Et de conclure : "ceux qui veulent faire trouvent un moyen, ceux qui ne veulent pas faire trouvent des excuses." 

*le prénom a été modifié

Choix de la station

À venir dansDanssecondess