Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Grande Forge de Buffon : les travaux débutent enfin grâce au Loto du patrimoine et à de nombreux mécènes

-
Par , France Bleu Bourgogne

Les travaux de la grande roue ont officiellement débuté ce jeudi 12 septembre 2019. Les entreprises de maçonneries et de charpente sélectionnées et Dominique Jouffroy, l'architecte Dijonnais du patrimoine se sont rendus sur place. La Forge de Buffon avait été retenue par la mission Bern en 2018.

Vue de la Forge depuis le bief
Vue de la Forge depuis le bief - La Grande Forge de Buffon

Buffon - France

C'est un site important pour le tourisme en Côte-d'Or, un témoin majeur de l'histoire de la sidérurgie dans le Montbardois qui accueille 15 000 visiteurs par an. C'est ce jeudi à la Grande forge de Buffon -à 3 km de Montbard- qu'ont été lancé les travaux de restauration du canal de la forge et de sa grande roue. Une roue à aube de 6 mètres de diamètre. La Grande forge est un site privé qui appartient à la même famille depuis 1860. Elle a bénéficié en 2018 du soutien de la Mission Bern pour la première édition du Loto du Patrimoine. 

Agnès Veyssière-Pomot propriétaire du site derrière elle le canal de la forge et la grande roue qui vont être restaurés - Radio France
Agnès Veyssière-Pomot propriétaire du site derrière elle le canal de la forge et la grande roue qui vont être restaurés © Radio France - Thomas Nougaillon

20 000 euros en provenance du Loto du Patrimoine

C'est le coup d'envoi de travaux qui devraient durer plusieurs années. La première tranche doit se terminer en juin 2020. Son coût est estimé à un peu plus de 183 000 euros, dont 20 000 en provenance du Loto du Patrimoine. "Il faut refaire la grande roue, le coursier qui n'existe plus, toutes les maçonneries qui se délitent..." Claude Veyssière-Pomot, est le mari de la propriétaire du site, il est très ému.

 Tout le système hydraulique du site est détraqué, la grande roue ne tourne plus, il faut les réparer - Radio France
Tout le système hydraulique du site est détraqué, la grande roue ne tourne plus, il faut les réparer © Radio France - Thomas Nougaillon

Claude Veyssière-Pomot

Une passerelle doit être installée à cet endroit - Radio France
Une passerelle doit être installée à cet endroit © Radio France - Thomas Nougaillon

Il a fallu 10 ans pour trouver les financements nécessaires aux travaux

"Je disais en 2010 que notre priorité était la grande roue. Finalement elle sera refaite en 2020. On a mis 10 ans pour trouver les financements" explique Claude Veyssière-Pomot. Les financements du Loto du Patrimoine et l'action de la mission Bern enlèvent une belle épine du pied avoue Agnès Veyssière-Pomot. "Depuis l'année dernière on sait que le projet va pouvoir se réaliser grâce à tous nos donateurs publics et privés" explique t-elle. Mais "la mission Bern nous a donné un coup de pouce absolument salutaire puisque le projet traînait un peu dans les bureaux. On a été mis sous les feux des projecteurs de façon inattendue."

Agnès Veyssière-Pomot

Agnès et son mari Claude Veyssière-Pomot dans l'espace accueil du public. Chaque année ils reçoivent 15 000 visiteurs en moyenne. - Radio France
Agnès et son mari Claude Veyssière-Pomot dans l'espace accueil du public. Chaque année ils reçoivent 15 000 visiteurs en moyenne. © Radio France - Thomas Nougaillon

Les 250 pages de l'architecte du Patrimoine ont pesé lourd

Tout cela a été rendu possible 

grâce au dossier de 250 pages réalisé par Dominique Jouffroy, l'architecte du patrimoine Dijonnais. "Il a été notre super moteur son travail a permis à la fondation du patrimoine d'entrer dans tout le système de la mission Bern, sans cet énorme travail, rien n'aurait pu démarrer".  Car concernant un tel site l'argent est véritablement le nerf de la guerre. Il en faut beaucoup et tout le temps explique Claude Veyssière-Pomot. "Entretenir les bâtiments, les nettoyer, les présenter au public de toute manière on le fait, on peut aussi faire un peu de maçonnerie et entretenir les couvertures des toits mais pour refaire l'hydraulique, il faut être compétent et puis çà coûte cher". 

Notre reporter explique quelle est la nature exacte des travaux

Ces panneaux sont affichés sur le site à l'intention du public, le montant global a été revu à la baisse depuis, il s'agissait d'une estimation - Radio France
Ces panneaux sont affichés sur le site à l'intention du public, le montant global a été revu à la baisse depuis, il s'agissait d'une estimation © Radio France - Thomas Nougaillon
Ces panneaux sont affichés sur le site à l'intention du public - Radio France
Ces panneaux sont affichés sur le site à l'intention du public © Radio France - Thomas Nougaillon
La première phase doit se terminer en juin 2020 avec la restauration de la rouge, mais les travaux vont se poursuivre, la deuxième phase débutera dès 2020 - Radio France
La première phase doit se terminer en juin 2020 avec la restauration de la rouge, mais les travaux vont se poursuivre, la deuxième phase débutera dès 2020 © Radio France - Thomas Nougaillon

Les 250 ans de la création des Forges fêtés en 2018 

Conseil régional et de très nombreux mécènes. Georges-Louis Leclerc le célèbre naturaliste comte de Buffon en 1768On a fêté les 250 ans du site l'an passé. Cette restauration est donc rendue possible par la Mission Bern mais il convient également de citer la Fondation du Patrimoine, la Fondation des Vieilles Maisons Françaises, la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bourgogne-Franche-Comté, le 

Conseil régional et de très nombreux mecenes. 

Agnès Veyssière-Pomot devant la grille des Forges de Buffon fabriquées avec le minerai local à l'époque de Buffon! - Radio France
Agnès Veyssière-Pomot devant la grille des Forges de Buffon fabriquées avec le minerai local à l'époque de Buffon! © Radio France - Thomas Nougaillon
L'une des particularités du site c'est que l'on trouve des résidus de combustion du minerai de fer utilisé du temps où la Forge fonctionnait encore - Radio France
L'une des particularités du site c'est que l'on trouve des résidus de combustion du minerai de fer utilisé du temps où la Forge fonctionnait encore © Radio France - Thomas Nougaillon

Dans ces forges ont été produites les grilles du Jardin des Plantes de Paris

La grande roue devrait de nouveau être opérationnelle au mois de juin 2020. A la fin du XVIIIe siècle les 400 ouvriers employés par la Grande Forge produisaient 450 tonnes de fer par an. Ces forges ont notamment fourni le fer utilisé pour clôturer de grilles le Jardin des Plantes à Paris dont Buffon était l'intendant. Aujourd'hui tout le système hydraulique du site est détraqué. Avec ces travaux la famille Veyssière-Pomot entend de fait consolider le barrage, restaurer l'axe de la grande roue pour qu'elle puisse tourner de nouveau. Bientôt les visiteurs pourront découvrir comment fonctionnait la forge au temps de Buffon.

Choix de la station

France Bleu