Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La tournée des Bourrus

Grande semaine consacrée aux quartiers de Dijon sur France Bleu Bourgogne : ce jeudi, les Grésilles

-
Par , France Bleu Bourgogne

Votre radio met chaque jour de cette semaine un coup de projecteur sur certains quartiers de Dijon. Ce jeudi 28 mars 2019, cap sur le quartier des Grésilles. Vous retrouverez notamment des reportages dans la matinale, et "le Café des Bourrus" sera en direct de ce quartier de 11h à 13h.

Le quartier des Grésilles à Dijon.
Le quartier des Grésilles à Dijon. © Radio France - Charlotte Coutard

Tous les matins de cette semaine France Bleu Bourgogne met en lumière un quartier de Dijon. Après la Fontaine-d'Ouche, République et Clemenceau, aujourd'hui on s'intéresse aux Grésilles. 

Un quartier emblématique qui a beaucoup évolué, et qui tire son origine de la seconde guerre mondiale. "A cette époque l'Etat prévoyait déjà la reconstruction du pays. Les premières réflexions sur ce quartier datent de 1941", explique Agnès Bournigault, architecte et médiatrice au sein de l'association ICOVIL.

"Trois grandes périodes de transformation"

Cette spécialiste de l'aménagement urbain distingue trois grandes périodes aux Grésilles : la construction entre 1941 et 1973; une phase de rénovation des années 1980 à 2000; puis un grand renouvellement depuis 20 ans.

"Le quartier a été construit très vite, avec des matériaux peu onéreux. Rapidement, il a donc fallu restaurer les bâtiments à partir des années 70/80", détaille l'architecte. Mais cette époque de rénovation marque aussi le début d'une crise économique profonde qui va transformer les Grésilles. "A l'origine le quartier est conçue pour une population rurale qui vient s'installer en ville. Les Trente Glorieuses ont permis l’ascension sociale de ces classes là. A partir des années 1970, des personnes plus pauvres vont donc s'installer aux Grésilles, et cumuler certains problèmes sociaux."

Renouvellement depuis les années 2000

La rénovation des bâtiments ne suffit pas à résoudre ces problèmes sociaux. Une troisième phase de renouvellement se met donc en place : on détruit les "barres HLM" Epirey, Lochères et Billardon. On installe des bureaux, comme ceux du département ou de l'agence régionale de santé, pour faire venir des populations extérieures au quartier. Et les équipements vont également être rénovés, à l'image de la médiathèque ou du marché. 

Des idées reçues sur le quartier ?

Malgré ces importants travaux, le quartier reste l'un des plus pauvres de la ville. Et surtout, l'un de ceux qui a le plus mauvaise réputation. Que pensent les Dijonnais des Grésilles ?

Que pensent les Dijonnais de ce quartier ?

Du côté des Grésilles, ces "clichés" ont fini par amuser les habitants. Si l'on reconnait que la vie n'y est pas toujours facile, on préfère relativiser. "Il fait bon vivre ici" : 

Réponse des habitants du quartier et des alentours

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu