Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Grenelle des violences conjugales

Grenelle des violences conjugales : le dépôt de plainte à l'hôpital bientôt possible dans la Loire

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Le Grenelle des violences conjugales se termine dans moins de deux semaines. La principale mesure dans la Loire concerne le dépôt de plainte : une convention pour le rendre possible à l'hôpital doit être signée ce mercredi.

Le Grenelle des violences conjugales se termine le 25 novembre (illustration).
Le Grenelle des violences conjugales se termine le 25 novembre (illustration). © Maxppp - Lionel Vadam

Saint-Étienne, France

Une convention doit être signée mercredi dans la Loire pour permettre aux victimes de violences conjugales de porter plainte depuis l'hôpital. La directrice de l'association SOS Violences conjugales 42, Michèle Perrin, estime que c'est la principale mesure concrète dans la Loire du Grenelle des violences conjugales, "mais il faut dire que dans le département il y avait déjà beaucoup de choses", précise la responsable associative.

Michèle Perrin, invitée de France Bleu matin le 12/11/19

"Le parcours des victimes de violences conjugales est bien balisé, il y a des réponses mises en place; on ne partait pas de rien dans la Loire", poursuit Michèle Perrin. Pas d'autre mesure concrète, mais le Grenelle a permis des choses nouvelles. Comme la réunion départementale organisée en fin de semaine dernière à Montrond-les-Bains. 

Analyser les féminicides

"C'était vraiment une grande première, sans doute que le Grenelle a permis quelques initiatives isolées, et du coup c'était intéressant que le procureur et le préfet de la Loire convient tous les services de police et de gendarmerie", commente la directrice de SOS Violences conjugales 42. Elle estime que les associations, également conviées, ont "pu donner des renseignements, des informations extrêmement concrètes aux policiers qui ne sont pas des travailleurs sociaux, de manière à ce qu'ils aient en tête quelques outils lorsqu'ils reçoivent une victime de violences, qu'ils sachent quelques petites choses qu'ils doivent dire pour les rassurer"

Michèle Perrin espère désormais que la question des féminicides sera analysée partout en France, "puisqu'il y a eu une étude dans un TGI dans le Midi; ils ont étudié les dossiers de femmes qui ont été assassinées et ils se rendent compte que dans un certain nombre de cas, ou ces femmes avaient été mal reçues ou en police ou en gendarmerie, qu'en tous les cas les proches savaient mais que personne ne disait rien... c'est là-dessus je pense qu'il faut s'améliorer"

  - Visactu
© Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu