Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : neuf départements maintenus en vigilance rouge, 53 en orange

Grenoble : environ 200 personnes manifestent contre les violences policières

-
Par , France Bleu Isère

Environ 200 personnes ont marché ce samedi 4 juillet à Grenoble pour "la dignité, la vérité et la justice face aux violences policières". Une mobilisation organisée par le Front uni des immigrations et des quartiers populaires de Grenoble.

Les manifestants sont arrivés place Verdun à Grenoble vers 19h ce samedi.
Les manifestants sont arrivés place Verdun à Grenoble vers 19h ce samedi. © Radio France - Louise Buyens

Ce samedi 4 juillet, environ 200 personnes ont manifesté à Grenoble à l'appel de l'association Front uni des immigrations et des quartiers populaires de Grenoble. Le cortège est parti vers 16 heures de l'arrêt de tramway Bruyère avant de s'arrêter devant la MC2 pour enfin rejoindre la place Verdun trois heures plus tard.  

Une mobilisation transversale en hommage aux victimes de violences policières, "pour défendre la justice et dénoncer le racisme d'Etat", selon les mots des organisateurs. 

Dans le cortège se trouvait la famille de Joail Zerroukhi, un jeune homme de 19 ans mort percuté par un train en novembre 2017 alors qu'il tentait d'échapper à un contrôle de police à Vienne. L'affaire a été classée sans suite en novembre 2019. 

Pour Fatima Zerroukhi, la mère de Joail, il était important d'être présent "pour que justice soit faite [...] C'est un soutien de voir qu'il y a du monde à nos côtés, je suis solidaire des autres familles, on pleure tous nos morts. On tue nos enfants impunément, on ne peut pas rester sans rien dire, je ne veux pas leur donner ce droit-là", témoigne Fatima Zerroukhi. 

D'autres familles s'estimant elles aussi victimes de violences policières étaient présentes, notamment celles d'Adama Traoré (Beaumont sur Oise), Babacar Gueye (Rennes) et Wissam El-Yamni (Clermont Ferrand).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess