Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

À Grenoble, les militaires de l'opération Sentinelle ont reveillonné à la caserne

vendredi 25 décembre 2015 à 11:33 Par Xavier Demagny, France Bleu Isère

Les militaires, eux aussi fêtent Noël. Depuis le mois de novembre, et les attentats de Paris, ils sont maintenant 10 500 mobilisés un peu partout en France et 800 en Rhône-Alpes. Ce jeudi, ils ont réveillonné à la caserne de l'Alma à Grenoble (Isère).

Le maire est venu rendre visite aux militaires qui patrouillent à Grenoble.
Le maire est venu rendre visite aux militaires qui patrouillent à Grenoble. © Radio France - Xavier Demagny

Grenoble, France

Depuis le mois de novembre, et les attentats de Paris, ils sont 10 500 mobilisés un peu partout en France  pour assurer la sécurité des lieux publics, dans le cadre de l'opération Sentinelle. En Rhône Alpes, ils sont entre 700 et 800 selon l'Etat major, mais les chiffres, pour des raisons de sécurité, restent flous. 

À Grenoble, les militaires sont aussi présents, patrouillent au quotidien. Et malgré le rythme intense de leur mission, ils se sont retrouvés, jeudi soir, pendant un moment pour reveillonner et fêter Noël.

"À défaut d'être aux côtés de nos familles (...) ça fait un petit break dans les 3 semaines de Vigipirate"' - Claire, militaire du 93e Régiment d'artillerie de montagne, originaire d'Alsace

Les militaires qui patrouillent sont des soldats du rang, et pour beaucoup éloignés de leur famille. Depuis janvier, et encore moins depuis les attentats de novembre, ils ne s'arrêtent pas. et en sont parfois à leur cinquième mission Sentinelle. Claire vient d'Alsace, elle a donc réveillonné à la caserne : "Les patrouilles sont longues... et avec les jours qui passent le poids du Famas commence à peser. À défaut d'être aux côtés de nos familles (...) ça fait un petit break dans les 3 semaines de Vigipirate"'.

A ses côtés, un collègue masculin. Cette année, il ne fêtera pas Noël en famille : "On va patrouiller pour sécuriser les sites. Les précédents,  j'étais chez moi mais cette fois il n'y aura pas de reveillon. C'est comme ça."

Un cadeau pour tout le monde et "quelques bulles de champagne"

Le maire de Grenoble Eric Piolle a rendu visite à ces soldats, tous du 93e Régiment d'artillerie de montagne de Varces (Isère) pour leur dire son soutien et celui des Grenoblois. Moussa a apprécié ce geste, il vient de Pau dans le Sud Ouest. Il a apprécié ce geste. "Ça mets du baume au cour de se sentir soutenu. Ça fait qu'on oublie un peu la fatigue. Parce qu'on sait quand on repart et pas quand on revient. Mais ça il faut l'accepter."

Car depuis le début de l'opération Sentinelle, les soldats du 93e RAM sont mis à rude épreuve. Ils étaient les seuls mobilisables à l'époque. Mais vont bientôt se retirer progressivement de l'opération. Pour le colonel Yann Kervizic, il était important de réunir ses soldats pour Noël : "'C'est comme dans toutes les familles, un cadeau pour chaque soldat et quelques bulles de champagne". Chaque soldat est effectivement reparti avec un opinel à son nom et avant de retourner au travail, a pu trinquer autour d'une petite coupe.

Le reportage de Xavier Demagny à la caserne de l'Alma à Grenoble.