Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Grenoble : nouvelle action à la piscine pour demander l'autorisation du burkini

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Pour la seconde fois en un mois, les membres du collectif Alliance Citoyenne ont mené une action dans une piscine de Grenoble pour demander l'autorisation du burkini. Une dizaine de femmes portant ce maillot de bain intégral ont plongé ce dimanche à la piscine Jean Bron, à l'encontre du règlement.

Les membres d'Alliance Citoyenne ont plongé dans la piscine Jean Bron à Grenoble ce dimanche. Parmi eux, des femmes habillées en burkini, ce maillot de bain intégral interdit dans les bassins
Les membres d'Alliance Citoyenne ont plongé dans la piscine Jean Bron à Grenoble ce dimanche. Parmi eux, des femmes habillées en burkini, ce maillot de bain intégral interdit dans les bassins © Radio France - Nicolas Joly

Grenoble, France

Avec le retour du soleil, c'est l'affluence dans les piscines. Les membres du collectif Alliance Citoyenne en ont profité pour mener une action à Grenoble (Isère) sous les yeux des baigneurs. Une dizaine de femmes musulmanes ont piqué une tête dans les bassins de la piscine Jean Bron, vêtues d'un burkini. L'objectif : interpeller pour demander l'autorisation de ce maillot de bain intégral. C'est la deuxième action de ce type en un mois à Grenoble.

Les membres du collectif Alliance Citoyenne s'étaient donné rendez-vous à la Caserne de Bonne - Radio France
Les membres du collectif Alliance Citoyenne s'étaient donné rendez-vous à la Caserne de Bonne © Radio France - Nicolas Joly

Une opération minutieusement préparée

Après s'être regroupés près de la caserne de Bonne et avoir répondu aux questions de la presse, conviée pour l'occasion, les militant(e)s d'Alliance Citoyenne, regroupant des hommes et des femmes voilées ou non, se sont dirigés vers la piscine Jean Bron. Après avoir payé leur entrée, ils se sont simplement changés dans les cabines prévues à cet effet. Au lieu d'un maillot de bain habituel, certaines femmes participant à l'opération ont revêtu des burkinis, avant de se diriger vers les bassins.

L'objectif : faire parler du burkini pour demander son autorisation dans les piscines publiques - Radio France
L'objectif : faire parler du burkini pour demander son autorisation dans les piscines publiques © Radio France - Nicolas Joly

Le personnel de sécurité de la piscine a informé les baigneuses du fait que ce type de maillot était interdit par le règlement de la piscine. Les maîtres-nageurs ne sont pas intervenus physiquement pour empêcher les femmes de se baigner, mais les ont averties de leur intention d'appeler la police. Les membres d'Alliance Citoyenne ont donc plongé dans le grand bassin malgré tout et en sont sortis après une bonne heure de baignade. Les agents de la police municipale et nationale ont contrôlé leur identité avant leur retour aux vestiaires. Les contrevenantes au règlement ont été verbalisées. Elles écopent d'une amende de 35 euros.

La police municipale et nationale est intervenue pour contrôler et verbaliser les contrevenantes - Radio France
La police municipale et nationale est intervenue pour contrôler et verbaliser les contrevenantes © Radio France - Nicolas Joly

Des réactions partagées

L'objectif de cette mise en scène : interpeller le public et demander l'autorisation de ce maillot couvrant la totalité du corps, à l'exception du visage, des mains et des pieds. Dans l'enceinte de la piscine grenobloise, les réactions étaient partagées. Lors de l'entrée des femmes couvertes dans le bassin, plusieurs personnes ont manifesté leur sympathie à leur égard par des sifflets et des applaudissements. La majorité des nageurs ont assisté à la scène, interloqués. Une fois le "buzz" passé, le calme est revenu à la piscine.

La sphère politique locale de droite et du centre a réagi sur Twitter :