Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Grève à la SNCF: les gares de Reims et Bezannes désertées

lundi 2 avril 2018 à 6:23 - Mis à jour le mercredi 4 avril 2018 à 10:15 Par Annelaure Labalette, France Bleu Champagne-Ardenne

Deuxième jour de grève à la SNCF ce mercredi 4 avril 2018. Malgré une légère amélioration du trafic, la circulation des trains va être de nouveau fortement perturbée. De nombreuses gares resteront désertes. Ce qui n'arrange pas les commerçants.

Illustration
Illustration © Radio France - Philippe Chérel

Champagne-Ardenne, France

Ce n'est  pas une surprise : le trafic SNCF va être encore fortement perturbé, ce mercredi.  Pour la Champagne-Ardenne, la SNCF annonce trois TGV sur 10 en circulation, trois TER sur 10 et aucun Ouigo.  Il s'agit bien sûr de moyennes. Par exemple, entre Reims et Paris, la SNCF prévoit deux TGV ( à 7h45 et à 17h15)  et trois dans le sens Paris-Reims, à 9h28, 12h51 et 18h28. En ce qui concerne les TER, le terme "circulation" peut signifier que la liaison se fait par car de substitution. 

Pour tout renseignement sur les trains en circulation : 

Pendant toute la durée de la grève à la SNCF, les prévisions pour la journée du lendemain seront communiquées la veille à 17h.  

Des gares et des commerces désertés

A la gare de Reims, au Relay, Magdaléna a bien vu la différence ce mardi: "d'habitude, le matin, il y a la queue jusque dehors et là, je n'ai vu que 3 personnes ". Pour l'instant, pas de changement d'organisation pour Magdaléna, il faudra attendre la semaine prochaine pour adapter les commandes. Devant la gare, sur le parvis, il y a Denis, chauffeur de taxi. Pour lui, pas de clients ce mardi et ce mercredi  "il n'y a rien, personnes, aucun départs et aucune arrivée en gare alors _c'est zéro_, les gens ne viennent pas car on les a prévenu en amont". 

A la gare Champagne Ardenne TGV, à Bezannes, Clément installe son food-truck deux fois par semaine sur le parking, les mardi et vendredi. "Forcément cette grève va avoir un impact négatif sur ma trésorerie car les voyageurs du train représentent 1/3 de mon chiffre d'affaire... de toute façon chaque semaine on aura au moins un jour impacté". 

Les gares de Reims et de Bezannes sont quasiment désertes en ces jours de grève. Les commerçants sont loin du nombre de clients habituel.

Un mouvement social pour protester contre la réforme du statut de cheminot. On le rappelle, aujourd'hui, l'âge de départ minimum à la retraite est de  57 ans pour les agents sédentaires, 52 ans pour les conducteurs et 57 ans pour des gens qui travaillent par exemple  dans les services administratifs. Même si cette réforme ne concernera que les futures embauches, "il faut que nous soyons vigilants " affirme Sébastien Neau, secrétaire de la CGT Cheminots à Reims.

La survie des lignes locales: un des sens du mouvement social d'après la CGT Cheminots à Reims

Par exemple sur la ligne TER Reims-Fismes, très empruntée par les travailleurs. Cette ligne est clairement en danger d'après Sébastien Neau de la CGT. Les rames sont vieillissantes, les trains bondés le matin et le soir aux heures de pointe et de plus en plus souvent des trains sans contrôleurs. Pour lui, "quand on fermera définitivement ces petites lignes locales, il n'y aura _pas de grève_, on ne parlera pas de prise d'otages et pourtant ça sera bien la réalité"