Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Grève à la SNCF : les cheminots strasbourgeois lancent une cagnotte de soutien sur Leetchi

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Depuis le début de la grève à la SNCF, les finances des cheminots qui suivent le mouvement s'amenuisent. A Strasbourg, les grévistes ont donc lancé une cagnotte sur la plateforme Leetchi le 23 décembre. Ils ont déjà récolté 900 euros.

Batiment extérieur de la gare de Strasbourg (illustration)
Batiment extérieur de la gare de Strasbourg (illustration) © Radio France - Thierry Colin

Strasbourg, France

900 euros en quatre jours. C'est ce qu'ont récolté les cheminots strasbourgeois sur leur caisse de grève lancée sur la plateforme Leetchi le 23 décembre. Un soutien financier "qui vient surtout de gens qui ne sont pas à la SNCF", selon Clément Soubise, cheminot syndiqué à la CGT. 

"L'argent qu'on reçoit va nous aider à faire des courses et payer le loyer, mais c'est aussi un geste politique, estime-t-il. Le succès d'une caisse de grève montre la popularité" du mouvement pour Clément Soubise. 

900 récoltés en quatre jours 

En plus des 900 euros récoltés en ligne, les cheminots Strasbourgeois ont aussi pu récolter 200 euros en liquide. Un soutien "qui nous pousse à continuer", explique Clément Soubise, qui va perdre l’entièreté de son salaire de 1 500 euros en décembre. 

La grève à la SNCF dure depuis 23 jours, soit plus que lors du mouvement de 1995. Le manque à gagner pour l'entreprise est de 400 millions d’euros, selon son président Jean-Pierre Farandou. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu