Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grève aux urgences de Saint-Brieuc pour réclamer plus de lits

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Un mouvement de grève début ce mercredi 19 août chez les médecins urgentistes de l'hôpital Yves-Le Foll de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor). Les professionnels de santé réclament la réouverture des lits fermés au plus fort de la pandémie de Covid-19.

L'entrée de hôpital Yves Le Foll à Saint-Brieuc
L'entrée de hôpital Yves Le Foll à Saint-Brieuc © Radio France - Johan Moison

Les médecins urgentistes de l'hôpital Yves-Le Foll de Saint-Brieuc ont déposé un préavis de grève qui début ce mercredi 19 août. Ils réclament la "réouverture" d'une trentaine de lits fermés au printemps pour limiter les risques de contamination au coronavirus. Alors que les urgences doivent faire face à un afflux important de touristes, ces lits manquent.

Des patients dorment sur les brancards

"Au total, nous avons perdu une trentaine de lits et certains patients se retrouvent à dormir sur des brancards," explique Christian Brice, médecin urgentiste et délégué régional de l'Association des médecins urgentistes de France. "On attendait beaucoup du Ségur et de notre ministre Olivier Véran. On nous a promis de recréer des lits là où il y en aurait besoin et on se rend compte qu'il ne se passe rien et qu'il s'agissait de promesses en l'air une fois de plus."

La direction reconnaît une "saturation"

La direction a reconnu une "saturation" de l'établissement la semaine passée. "Nous avons publié un communiqué pour appeler la population à ne se rendre aux urgences qu'en cas de nécessité", explique Hélène Colas, directrice adjointe à l'AFP. "Il y a des lits supplémentaires que nous mettons ponctuellement dans des services et que nous avons neutralisés pendant la crise. Mais nous en avons réactivé sept pour faire face au pic d'activité", précise-t-elle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess