Société

Grève de la faim de la maire de Saint-Médard : "Laissez l'école tranquille" (Benoît Hamon)

Par Julien Corbière, France Bleu Saint-Étienne Loire mardi 1 juillet 2014 à 17:00

Benoit Hamon à l'Assemblée nationale
Benoit Hamon à l'Assemblée nationale © MaxPPP

Le ministre de l'Education Nationale a répondu sèchement cet après-midi à Dino Cinieri. Le député de la Loire l'avait interrogé sur la situation de la maire de Saint-Médard en Forez, qui a entamé lundi une grève de la faim contre la réforme des rythmes scolaires.

La question a été posée cet après-midi par le député de la Loire, Dino Cinieri, également président de l'UMP 42. Il était soutenu par un autre député UMP de la Loire, Paul Salen. Les deux hommes avaient rencontré hier Evelyne Flacher, la maire de Saint-Médard en Forez qui a commencé une grève de la faim lundi contre la réforme des rythmes scolaires. Elle estime que cette réforme porte préjudice aux enfants.

Les deux députés expliquent qu'ils ne soutiennent pas la grève de la faim elle-même mais qu'ils comprennent la démarche de l'élue. Ils ont donc interpellé le gouvernement sur le sujet, à l'occasion de la séance des questions d'actualité.

"Comment un Etat républicain peut-il s'enfermer dans un mutisme total et mépriser ses enfants ?" (Dino Cinieri à l'Assemblée Nationale)

 

Dino Cinieri, président de l'UMP 42 et député de la Loire - Radio France
Dino Cinieri, président de l'UMP 42 et député de la Loire © Radio France - (Yves Renaud)

" La dotation n'est prévue que pour un an, et après qui paye ? Cette réforme ne fait que creuser les inégalités." (Dino Cinieri)

Dino Cinieri avait adressé sa question au Premier Ministre mais c'est donc le ministre de l'Education Nationale qui lui a répondu. Pour Benoît Hamon, le recours à la grève de la faim n'est pas la solution.

"Ce n'est pas raisonnable, pour sa propre santé, et de choisir la grève de la faim quand on ne souhaite pas appliquer la loi" (Benoît Hamon)

Puis le ministre s'en est pris plus directement aux deux députés ligériens, les accusant directement de soutenir la grève de la faim de l'élue de Saint-Médard en Forez.

"Ce qui laisse pantois, c'est que vous souteniez une grève de la faim (...) Laissez l'école tranquille, laissez les enseignants tranquilles et cessez d'utiliser cette violence symbolique pour combattre une réforme dans l'intérêt de l'enfant" (Benoît Hamon)

Le ministre a aussi insité sur le fait que la justice administrative a rejeté pour l'instant tous les recours contre la réforme des rythmes scolaires. La maire de Saint-Médard en Forez poursuit sa grève de la faim dans la mairie. Elle espère obtenir le soutien des 1000 communes françaises qui ont pris des délibérations contre l'application de la réforme.

Assemblée Nationale grève de la faim : la question du député de la Loire et la réponse du ministre