Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grève des enseignants : 200 personnes manifestent à La Rochelle

-
Par , France Bleu La Rochelle

Mouvement de grève national, ce mardi, à l'appel des syndicats d'enseignants. Un peu plus de 200 personnes ont manifesté à La Rochelle.

Un peu plus de 200 personnes ont manifesté à La Rochelle
Un peu plus de 200 personnes ont manifesté à La Rochelle © Radio France - Audrey Abraham

Les enseignants ont manifesté, ce mardi, dans toute la France et dans nos deux Charentes à l'appel de plusieurs syndicats. Ils étaient un peu plus de 200 à La Rochelle, une cinquantaine à Rochefort, 200 aussi à Angoulême. 

Les enseignants demandent une revalorisation des salaires, des moyens et plus de reconnaissance. Des revendications qu'ils font entendre depuis plusieurs années mais que la crise du Covid-19 rend encore plus urgente. Jérôme Churlot est enseignant à Dompierre sur Mer et représentant syndical Force ouvrière : "On constate depuis des années qu'il y a de plus en plus de contractuels, des personnes qui sont plus malléables qu'on peut prendre et dégager quand on veut, des personnes qui ne sont pas remplacées etc... Et encore plus avec cette situation de Covid où on aurait besoin d'avoir du personnel supplémentaire pour alléger les salles et les classes."

Gérard est enseignant de lycée à la retraite, s'il est dans la rue avec ses anciens collègues c'est parce qu'il sait à quel point _"ce qu'ils vivent est difficile et la pandémie a rajouté de la difficulté".  Pourtant le métier d'enseignant est un métier de conviction mais cette situation fait perdre leur passion aux enseignants : "Il y a beaucoup de collègues qui s'engagent parce qu'ils estiment que c'est un métier qui a du sens mais les obligations et les contraintes qu'on nous inflige sont perte de sens et c'est ce qui fait le mal-être enseignant qui se répercute sur les élèves et sur les parents."_

Un peu plus loin dans le cortège, Jean est directeur d'une école primaire de La Rochelle. Si la situation était difficile ces dernières années, d'après lui, la gestion de la crise sanitaire accentue le sentiment de mépris de la part du gouvernement à l'égard des enseignants : "Il y a pas de concertation qui sont faites avec les enseignants donc des décisions sont prises par le haut et nous tombent dessus. C'est que ça des ordres, des contres-ordres. On ne sait pas où donner de la tête et on ne sent vraiment pas considérés. Nous on continue avec les classes comme elles sont parce qu'on n'a pas eu de directives. Maintenant on nous dit qu'il faudrait qu'il y ait 2 mètres de distance entre les enfants, ce qui n'est pas possible parce qu'on a des classes de trente élèves."

D'après le rectorat de Poitiers,  sur l'ensemble de l'académie, 10 % des enseignants étaient mobilisés et près de 6% du personnel administratif. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess