Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Grève des personnels hospitaliers : les patients parisiens globalement solidaires

-
Par , France Bleu Paris

Une grande manifestation est organisée à Paris ce jeudi 14 novembre, pour "sauver l’hôpital public". Après les urgences, le mouvement s'étend aux différents services. A Paris, la crise est forte, avec 900 lits fermés par manque d'infirmiers. Les patients partagent l’inquiétude des grévistes.

Devant l'hôpital Sainte-Périnne, les personnels ont installé une grande banderole pour exprimer leur ras-le-bol.
Devant l'hôpital Sainte-Périnne, les personnels ont installé une grande banderole pour exprimer leur ras-le-bol. © Radio France - Théo Hetsch

Paris, France

Véronique fume une cigarette devant l’entrée de l'hôpital Pompidou. Elle tient une potence, avec une perfusion. Cela fait une semaine qu’elle est hospitalisée. Et elle constate l’épuisement des soignants : "les soignantes - ce sont surtout des femmes - n'ont vraiment pas une minutes à eux, elles sont sous stress. Elles font toutes des efforts pour ne pas montrer cette facette aux patients, mais on le sent, il y a une tension qu'on perçoit" constate la quarantenaire. "Et puis à force, certains craquent et parlent".

"Dans mon service de gériatrie, on est deux pour quinze patients, on fait le minimum" - Sandrine, aide-soignante en gériatrie

Effectivement, il suffit de tendre le micro à Sandrine, qui termine sa journée de travail. Elle est aide soignante en gériatrie : "tout le monde arrive à un épuisement physique et mental" constate cette femme qui travaille depuis dix ans comme aide-soignante à l'AP-HP. Actuellement, elle travaille en service gériatrie : "on est deux pour quinze patients, déplore-t-elle, donc on ne peut pas passer quarante minutes par personne pour faire la toilette, alors qu'en formation, c'est ce qu'on nous dit de faire. On fait le minimum, on ne peut pas faire plus". 

Depuis le mois de juin, Agnès Buzyn, a déjà annoncé deux plans en faveur des urgences et une rallonge de 750 millions d'euros sur trois ans. Mais cela ne suffit pas à calmer la grogne. - Radio France
Depuis le mois de juin, Agnès Buzyn, a déjà annoncé deux plans en faveur des urgences et une rallonge de 750 millions d'euros sur trois ans. Mais cela ne suffit pas à calmer la grogne. © Radio France - Théo Hetsch

En cause, surtout, le manque d’effectif. A l’AP-HP, 900 lits sont fermés par manque d’infirmiers. Plus de 500 postes sont vacants, faute de candidats. Mais ceux qui restent comptent bien se battre. Agathe est en stage à l'hôpital Georges Pompidou, elle est en quatrième année de médecine : "effectivement, il faut que l'on se batte pour conserver un bon niveau de soin en France, on en parle beaucoup à la faculté à Descartes et on va se mobiliser ce jeudi pour aller manifester".

Depuis le mois de juin, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a déjà annoncé deux plans en faveur des urgences et une rallonge de 750 millions d'euros sur trois ans. Un nouveau plan pour l'hôpital est attendu d'ici la fin du mois.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu