Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Grève des urgences : plus de 200 services touchés, cinq mois après le début du mouvement

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le mouvement de grève aux urgences avait démarré le 18 mars dernier. Cinq mois après le début de la mobilisation, 220 services sont concernés selon le collectif Inter-Urgences. Selon les derniers chiffres du ministère de la Santé, ils sont près de 200.

À l'hôpital La Timone de Marseille, mercredi.
À l'hôpital La Timone de Marseille, mercredi. © Maxppp - VALERIE VREL

Encore un service d'urgence qui rejoint le mouvement de grève nationale. Le personnel des urgences de la Timone à Marseille a déposé un préavis de grève ce jeudi. La liste des services en grève s'allonge toujours un peu plus. 220 d'après le collectif Inter-urgences, à l'origine du mouvement, et 195 selon le dernier décompte de la direction générale de l’offre de soins.

Selon cet organisme du ministère, ça s'arrange. Des protocoles de sortie de grève auraient été mis en place par exemple à Caen, Rodez, Neuilly-sur-Seine ou encore certains services des hôpitaux de Paris.

Les agressions de soignants continuent

Sauf que sur le terrain, rien n'a l'air de changer. Les grévistes demandent plus de lits, plus de moyens, des hausses de salaires et aussi plus de sécurité au travail. C'est après une énième agression que le personnel des urgences de l'hôpital Saint-Antoine de Paris s'était mis en grève le 18 mars dernier. Et c'est encore ce qu'il s'est passé samedi à la Timone et qui a poussé le personnel à rejoindre le mouvement.

Le ministère de la Santé promet de nouvelles mesures à la rentrée

Du côté du ministère de la santé, une prime de risque a été annoncée en juin dernier : 100 euros par salariés des urgences. Pour le reste, il renvoit les grévistes vers leurs directions et vers leurs Agences régionales de santé. Agnès Buzyn promet d'annoncer de nouvelles mesures à la rentrée.

Le collectif Inter Urgence, lui, n'entend pas relâcher la pression. Il prévoit une assemblée générale le 10 septembre, la veille d'une nouvelle journée d'action de la CGT pour la défense de l'hôpital.