Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Mouvement de grève contre la réforme des retraites

Grève du 5 décembre : double effet pour les hôteliers parisiens

-
Par , France Bleu Paris

Ils sont nombreux à constater une vague d'annulations des réservations durant la grève du 5 décembre mais certains hôtels enregistrent dans le même temps des réservations inattendues.

La rue de Saint-Quentin menant à la gare du Nord
La rue de Saint-Quentin menant à la gare du Nord © Radio France - Macipsa Aït

10e Arrondissement de Paris, Paris, France

L'humeur des hôteliers vacille dans le quartier de la Gare du Nord à Paris (Xè) à quelques heures de la grève nationale contre la réforme des retraites. La principale tendance qui se dégage est que les réservations sont à la baisse et ce, de façon significative. C'est le cas de cet hôtel 3 étoiles situé rue la Fayette, à deux pas de gare la plus fréquentée d'Europe. Sarah est inquiète devant son planning des réservations.

Il y a beaucoup de cases vertes, ça veut dire que nos chambres sont libres. D'habitude c'est complet à plus de 90%. Actuellement c'est à peine 50%." raconte l'employée de cet établissement de 52 chambres.

Une clientèle locale

Dans un autre hôtel installé depuis plusieurs années rue de Saint-Quentin, même problème : le téléphone sonne et les annulations des clients se succèdent. Charles en a déjà enregistré une dizaine en seulement deux heures, mais il s'attendait à cela. Ce à quoi il ne s'attendait pas, ce sont les nombreuses réservations, plutôt inhabituelles. Beaucoup de ces clients sont des salariés travaillant à Paris et résidant... en région francilienne.

Avec la grève des transports, les banlieusards préfèrent dormir à l'hôtel à Paris pour être présents au travail" explique l'agent d'accueil, surpris par cet effet.

Mais tout cela a un coût pour les clients... il faudra débourser 130 euros minimum pour la nuitée dans cet hôtel d'une célèbre chaîne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu