Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grève du secteur de la petite enfance : les crèches de Guéret et Aubusson fermées mardi

-
Par , France Bleu Creuse

Les professionnels de la petite enfance appellent à la grève partout en France pour protester contre un projet de réforme. Le taux d'encadrement d'un adulte pour cinq bébés pourrait passer à un pour six.

La crèche de Guéret sera en grève mardi 30 mars.
La crèche de Guéret sera en grève mardi 30 mars. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Les crèches de Guéret et d'Aubusson sont fermées ce mardi. Dans les autres structures creusoises, notamment à La Souterraine, plusieurs salariés sont également en grève. Ils rejoignent un mouvement national lancé par le colelctif "Pas de bébé à la consigne". Les professionnels de la petite enfance se mobilisent contre un projet de réforme du gouvernement qui prévoit de modifier le taux d'encadrement.

On va empiler les enfants

Un adulte pour six bébés

Il est actuellement un adulte pour cinq bébés qui ne marchent pas et un adulte pour huit qui marchent. Le gouvernement propose un taux unique d'un pour six, alors que les manifestants demandent un pour cinq. Cela met en colère Mireille, auxiliaire de puériculture depuis 29 ans, salariée de la crèche de Guéret : "Le gouvernement veut mettre plus d'enfants sans rajouter les moyens qui vont avec. Au quotidien, ça signifie qu'on va empiler les enfants. Ce n'est pas ce qu'on veut, ce n'est pas de la garderie, on a un autre rôle pour les aider à grandir." 

On n'a pas choisi ce métier pour faire ça

Clémentine, auxiliaire de puériculture également, ne veut pas que sa crèche se transforme en garderie : "Ça va être du travail à la chaîne,d e l'usine, on n'a pas choisi ce métier pour faire ça." Roxane, une maman, soutient le mouvement : "Je n'ai que deux enfants mais quand je les ai toute la journée, c'est déjà la course, alors je n'imagine même pas le stress et la pression dans le cadre professionnel."

Les grévistes protestent contre un projet de réforme du gouvernement.
Les grévistes protestent contre un projet de réforme du gouvernement. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Des professionnels moins qualifiés

L'autre volet de la réforme concerne le niveau de qualification des professionnels. Les grévistes craignent que l'embauche plus importante de salariés moins diplômés. "Actuellement, on remplace de plus en plus les auxiliaires de puériculture, qui ont Bac +1, par des CAP petite enfance. Actuellement on a 40% de qualifiés et de personnel dit non qualifié, les fameux CAP. A l'avenir, il n'y aura peut-être plus de ratio", souligne Stéphane Granger, directeur adjoint du pôle petite enfance pour la communauté d'agglomération du Grand Guéret.

Les professionnels de la petite enfance ne sont pas à leur première grève contre cette réforme. La première était il y a deux ans. En Creuse, le syndicat qui porte la contestation, la FSU territoriale, manifestera mardi midi devant la gare de Guéret avant d'être reçu par Vincent Turpinat, le suppléant du député de la Creuse, Jean-Baptiste Moreau.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess