Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Grève à la RATP : quels sont vos droits si la grève vous empêche d'aller travailler vendredi

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Paris, France Bleu

Si la loi du travail est précise pour les salariés qui font grève "rien n'est dit pour ceux qui subissent cette grève", indique Amélie Gauthier, juriste en droit des affaires à Paris. Découvrez quels sont vos droits si vous ne pouvez pas aller travailler vendredi à cause de la grève à la RATP.

Journée noire à la RATP vendredi 13 septembre 2019.
Journée noire à la RATP vendredi 13 septembre 2019. © Radio France - Martine Bréson

Paris, Île-de-France, France

Avec la grève à la RATP annoncée pour ce vendredi, allez-vous pouvoir arriver à l'heure au travail demain ? Allez-vous même pouvoir vous rendre à votre travail ? 

Cette grève devrait être très dure et la situation risque d'être critique pour de nombreux salariés et plus généralement pour tous ceux qui ont besoin de se déplacer vendredi à Paris et en Ile-de-France.

La RATP annonce 10 lignes de métro coupées et un trafic très perturbé pour les autres (sauf la ligne 1 et 14 qui sont automatiques). Le RER A et B ne rouleront que pendant les heures de pointe. Du coup sur la route, les bouchons pourraient être beaucoup plus importants que d'habitude. 

C'est une vraie journée de galère qui s'annonce pour vendredi. 

Quels sont vos droits si vous êtes bloqués à cause de la grève ?

Un salarié qui ne peut pas venir au travail à cause d'un mouvement social "pourrait être sanctionné par son employeur", indique Amélie Gautier, juriste spécialisée dans le droit des affaires au cabinet Captain contrat à Paris. "La grève ne constitue pas une excuse pour ne pas venir travailler", précise la juriste. Mais ça, c'est la théorie car, en pratique, explique Amélie Gautier "il est rare que des sanctions soient prises par les employeurs à l'encontre d'un salarié en retard ou qui ne peut pas venir suite à une grève des transports".

En plus, ajoute-t-elle, la sanction serait simple à contester devant le conseil des Prud’hommes qui reconnaît assez facilement que, dans cette situation, on est dans un cas de force majeure. 

En cas d'absence, on peut vous enlever une journée de salaire

Attention, même si ça arrive rarement, si vous n'êtes pas à votre poste à cause d'une grève des transports, votre employeur peut vous retenir une journée de salaire.

Pour éviter ça, vous pouvez demander à poser par exemple une journée de RTT ou une journée de congé. 

En cas de retard, vous pouvez aussi proposer de récupérer ces heures en travaillant plus tard un autre soir ou plus tôt un autre matin. 

Pour ne pas avoir de problème un conseil : prévenez votre employeur

Anticiper et s'organiser ce sont les deux précautions à prendre pour être tranquille. En premier lieu, il faut avertir le plus tôt possible son employeur. C'est assez facile quand le mouvement est d'une grande ampleur comme celui de vendredi 13 septembre. Et même si tout le monde est au courant, il ne faut pas faire l'impasse et il faut quand même parler de vos difficultés à votre patron.

C'est encore mieux si vous pouvez fournir une attestation du réseau de transports. Des coupures de journaux qui détaillent la grève sont aussi des preuves qui pourront expliquer votre impossibilité à rejoindre votre entreprise. On peut même, pour certains trajets, obtenir sur internet un bulletin de retard.

Anticipez et pensez aux moyens alternatifs pour vous déplacer

Si la grève vous empêche de vous déplacer comme d'habitude, il y a souvent d'autres solutions à envisager pour vous rendre au travail. 

Pensez au co-voiturage. Pensez aussi aux deux-roues : moto, scooter, vélo, trottinette. Vous pouvez les louer ou utiliser les moyens de transports en libre-service qui sont nombreux surtout à Paris. C'est possible même si vous n'êtes pas déjà abonnés. Dans ce cas, n'hésitez pas à récupérer les codes promo qui fleurissent en ce moment sur internet. Les plateformes profitent de l'annonce de la grève de vendredi pour proposer beaucoup de réductions.  

Choix de la station

France Bleu