Société

Grève SNCF : le taux de participation chute à 6,85% selon la direction

Par Thibaut Lehut, France Bleu jeudi 19 juin 2014 à 18:50 Mis à jour le vendredi 20 juin 2014 à 11:06

La grève de la SNCF a commencé mardi 10 juin
La grève de la SNCF a commencé mardi 10 juin © Maxppp

Après neuf jours de grève, le mouvement lancé par une partie des cheminots de la SNCF bat de l'aile. Si certaines assemblées générales ont reconduit la mobilisation pour vendredi, d'autres l'ont levé. Le point sur la situation.

Les amendements apportés au projet de réforme du gouvernement ont été ce jeudi salués par la CGT et le Front de Gauche, mais ils n'ont pas suffi à arrêter la grève. Le mouvement, qui est entré dans sa dixième journée vendredi, a été reconduit . C'est le cas notamment à Lyon (Rhône), Marseille (Bouches-du-Rhône), Lille (Nord) ou Grenoble (Isère). Idem en Alsace, en Poitou-Charentes, dans le Doubs et dans une partie de l'Aquitaine. Mais selon la SNCF, le taux de participation national a fondu vendredi à 6,85%, en baisse de plus de 3,5 points par rapport à jeudi.

Jeudi, les députés ont adopté un amendement instaurant une "règle d'or" qui permettra d'alléger le poids de la dette qui repose sur la SNCF. Un autre principe nouveau a été acté : il y aura un cadre social commun pour les nouvelles entreprises (SNCF, SNCF Mobilités et SNCF Réseau), qui reposera sur une seule et unique convention collective

Grève SNCF : les prévisions de trafic pour vendredi - Aucun(e)
Grève SNCF : les prévisions de trafic pour vendredi
Guillaume Pépy : "La grève est inutile "

En revanche, certains grévistes ont décidé de mettre un terme à leur mobilisation , comme à Rennes, à Brest, Quimper, Auray, Saint-Brieuc, Saint-Malo ou Morlaix. Idem aussi à Caen, où le trafic restera cependant perturbé.

Vendredi sur RTL, le président de la SNCF Guillaume Pépy a une nouvelle fois condamné le mouvement de grève : "Les voyageurs sont excédés (...), la grève doit s'arrêter le plus vite possible, elle est inutile ". Sur France Inter, Manuel Valls a lui aussi appelé à cesser la grève partout en France :

"La grève doit avoir un sens, ses motivations profondes doivent être comprises, ça n'est pas le cas, donc il faut que cette grève s'arrête" — Manuel Valls, Premier ministre, sur France Inter