Société

Grève à TBC : Retour à la normale mardi matin sur le réseau des bus et des trams

France Bleu Gironde lundi 2 mars 2015 à 13:53

Des rames pleines à craquer place des Quinconces, à Bordeaux
Des rames pleines à craquer place des Quinconces, à Bordeaux © Radio France

La grève dans les Trams et Bus de l'agglomération bordelaise a été suivie ce lundi par la moitié du personnel, selon la direction de Kéolis. Résultat : deux fois moins de passage sur la plupart des lignes, et service assuré uniquement entre 6h 30 et 20h 30. Les usagers ont dû patienter plus longtemps que d'habitude et s'entasser ce lundi matin dans des rames bondées.

Il fallait jouer des coudes ce lundi dans l'agglomération bordelaise  pour emprunter un bus ou un tramway : les conducteurs du réseau TBC observaient une journée de grève à l'appel de deux de leurs syndicats, la CFDT et la CGT. En cause : les incivilités dont les chauffeurs se disent victimes, notamment dans le quartier des Aubiers, et le fait que la direction veuille demander aux chauffeurs d'inciter les voyageurs à valider leur ticket ou carte.

►►► À LIRE AUSSI :  les raisons de la grève

Les prévisions de trafic sont conformes à celles annoncées par la direction, à savoir un passage de rames toutes les 8 minutes sur les lignes A,B et C, et une fréquence de passage toutes les 15 à 30 minutes sur les lignes de bus 1, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 15 et 16. Certaines lignes ne circulent pas du tout, comme les lianes 2 et 11. Sur toutes ces lignes, le trafic prend fin ce lundi à 20h30.

L'attente , sous la pluie, aux Quinconces  - Radio France
L'attente , sous la pluie, aux Quinconces © Radio France

Les plus embêtés par le mouvement ont été les usagers qui embauchent tôt, car le service n'a débuté qu'à 6h et demi ce matin.

"Je suis arrivée à 6 h 08, et j'ai dû attendre une demi-heure pour prendre le bus et aller à mon travail à Talence. C'est la galère parce qu'on va encore arriver en retard au boulot. J'espère qu'on ne va pas prendre la porte... Non, quand même, je ne pense pas." — Roselyne

La plupart des usagers ont donc patienté plus longtemps que d'habitude, certains sans savoir qu'il y avait grève.

"Ah bon il y a grève ? Je n'étais pas au courant, je pensais que le monde, c'était dû au retour de vacances.  çà ira si je ne n'attends pas une demi-heure." — Céline

Aux heures de pointe, il a fallu trouver une place  dans des rames bondées.

"Mon bus était déjà en retard, après j'ai dû prendre un tram blindé. À l'intérieur, on étouffait un peu. En tout cas, je sais déjà que je serai en retard en cours. J'ai envoyé un sms à une copine pour qu'elle avertisse la prof." — Ashley, une lycéenne.

Certains ont préféré laisser passer leur tour.

"J'ai abandonné, ça ne sert à rien de s'entasser , sans pouvoir respirer. Je préfère atteindre la prochaine rame." — Julia, étudiante en école de commerce

En gare St Jean, avant l'arrivée des premiers bus de la journée  - Radio France
En gare St Jean, avant l'arrivée des premiers bus de la journée © Radio France

La plupart des voyageurs subissent le situation avec fatalisme, même s'il regrette que la grève tombe un jour de rentrée.

"Je suis nouvellement arrivé à Bordeaux, alors çà ne fait pas trop de différence avec Paris. L'ambiance m'a rappelé le RER aux heures de pointe. Là, j'ai encore dix minutes à attendre, mais si çà tarde, je finirai mon trajet à pied pour essayer d'arriver presque à l'heure. Quand on choisit le jour de la rentrée pour faire grève, est-ce vraiment le meilleur choix, même si on peut comprendre les revendications des grévistes ?" — Camillo habite en Haute-Gironde. Il va en tram de la Gare Saint-Jean jusqu'aux Chartrons.

"Comme le RER, aux heures de pointe"

Les syndicats sont reçus ce lundi après-midi par la direction. Une certitude : le mouvement n'est pas reconduit pour l'instant, le trafic reprendre normalement mardi matin.

"On attend plus que d'habitude, et les rames sont blindées"