Société

A Grigny, 10 ans après, un émeutier raconte

Par Philippe Thomain et Virginie Pironon, France Bleu Paris mardi 27 octobre 2015 à 6:00

square Surcouf, au coeur de la copropriété géante de Grigny 2
square Surcouf, au coeur de la copropriété géante de Grigny 2 © Radio France - Virginie Pironon

Dix ans jour pour jour après le début des émeutes, "Square" se souvient. Aujourd'hui marié et père de deux enfants, cet homme avait 22 ans durant les émeutes. Il raconte en se choisissant le pseudonyme "Square", pour le square Surcouf situé au pied des immeubles de Grigny 2.

Ces émeutes avaient débuté le 27 octobre 2005 à Clichy sous Bois, après la mort à 17 et 15 ans de Zyed et Bouna dans un transformateur électrique. 23 voitures ont été brûlées durant la première nuit dans cette ville de Seine Saint Denis. Puis le mouvement gagne la ville voisine de Montfermeil. Début novembre, il s'étend à la région parisienne, il gagne ensuite l'ensemble du pays : Lille, Lyon, Toulouse, Marseille. Le calme ne reviendra qu'à la mi-novembre.

"On est descendu et on a fait ce qu'on avait à faire"

"Square" revient sur les événements de Grigny, le pourquoi de sa participation : "à la télé on voyait Clichy-sous-Bois, Bondy... et nous ? on n'existe pas ? On est descendu et on a fait ce qu'on avait à faire". Et sur ce qu'il vit aujourd'hui, sur ce que vivent les jeunes qui habitent cette immense copropriété de Grigny 2 et ce qui arriverait si ces émeutes repartaient : "2005 c'était rien, si vous prenez la mentalité des gens aujourd'hui, je pense qu'une émeute, elle serait plus grave".

A Grigny, 10 ans après, un émeutier raconte

Le 10 novembre 2005 le gouvernement de Dominique de Villepin décrétait l'état d'urgence, la situation de crise aigüe prend fin le 17 novembre. Bilan : plus de 10.000 véhicules brûlées, 300 bâtiments détruits ou dégradés et 1.300 personnes écrouées.

Aujourd'hui, dix ans après, la ville de Clichy-sous-Bois en est encore à panser ses plaies. 

Retour sur la Chronologie complète des événements.