Société

"Gros con" "il sentait l'alcool pendant la visite" "folle" : Foncia épinglé par la Cnil

Par Julie Guesdon, France Bleu jeudi 24 avril 2014 à 19:05 Mis à jour le vendredi 25 avril 2014 à 11:27

Foncia
Foncia © MaxPPP - - photo d'illustration

La commission nationale de l'Informatique et des Libertés (Cnil) a dévoilé ce mercredi un avertissement public à l'encontre du groupe Foncia. Le groupe immobilier enregistrait des commentaires excessifs sur les clients, propriétaires ou futurs locataires, commentaires jugés insultants ou intrusifs par la Cnil.

 Le groupe immobilier Foncia a-t-il mis trop de zèle à éviter les propriétaires et locataires indélicats ? Mercredi 23 avril, la commission nationale Informatique et Libertés (Cnil) a rendu publique un avertissement qu'elle avait adressé à l'encontre du groupe pour "commentaires excessifs" sur leurs clients et prospects.

"Famille de juifs", "En dépression" "Enquête en cours"

En opérant un contrôle auprès de Foncia en 2010, la Cnil a découvert la présence, dans un logiciel de gestion client CRM, de plusieurs milliers de commentaires excessifs concernant des clients ou des futurs clients du groupe.

De la situation familiale, l'état de santé, les convictions religieuses, aux condamnations et jugements subjectifs, les commentaires s'avèrent particulièrement fleuris. Ici une ligne indiquant que le client "sentait l'alcool lors de la visite", une autre qualifiant une cliente de "folle ! En dépression", encore ici un "gros con", une "famille de juifs", un "Monsieur a la madie de parkinson et des problèmes pour parler" ou encore "enquête du SRPJ en cours, problèmes d'alcool et expulsion d'un logement."

A la suite de ces constatations, la Cnil a décidé de prononcer un avertissement public à l'encontre de Foncia . Le groupe, en réaction, a saisi le Conseil d'État en 2011, réclamant l'annulation de la décision de sanction de la Cnil et notamment sa publicité, jugée mauvaise pour les affaires. Las, Foncia n'a pas été écouté et dans l'arrêt rendu le 12 mars 2014, le Conseil d'État a donné raison à la Cnil, considérant qu'il n'y a pas eu de sanction disproportionnée au regard de la gravité des propos relevés au sein du logiciel.

En réaction, Foncia a publié un communiqué ce vendredi où le groupe déplore "les termes utilisés par certains de ses collaborateurs dans les commentaires [...] qui, même s'ils sont isolés vont à l'encontre des valeurs éthiques défendues et pratiquées au sein du réseau Foncia". Foncia précise avoir appliqué un dispositif renforcé de contrôle depuis mars 2011, et ce "avant même la délibération de la Cnil" afin d' "encourager les entités [du] réseau à respecter les dispositions relatives à la protection des données à caractère personnel".