Société

Guéret souhaite la bienvenue à ses nouveaux arrivants

Par Sarah Vildeuil, France Bleu Creuse samedi 7 octobre 2017 à 22:14

Pour la première fois, un café-accueil a été organisé pour faciliter l'intégration des nouveaux Guérétois.
Pour la première fois, un café-accueil a été organisé pour faciliter l'intégration des nouveaux Guérétois. © Radio France - Sarah Vildeuil

Ils sont près d'une cinquantaine à avoir élu domicile dans la préfecture de la Creuse cette année. Samedi 7 octobre, AnimA, le Centre d'Animation de la Vie Local a organisé un café-accueil, une première pour la Ville. L'objectif est de faciliter l'intégration des nouveaux Guérétois.

Une vingtaine de nouveaux habitants de Guéret se sont retrouvés samedi 7 octobre, 8 bis place du marché, dans les locaux d'AnimA, le Centre d'Animation de la Vie Local. Sur une table, les nouveaux Guérétois ont pu découvrir les spécialités locales, dont l'incontournable gâteau creusois. Au début, les familles restaient entre elles. Les personnes venues seules restaient dans leur coin. Mais c'était sans compter les jeux prévus par les organisateurs pour inciter tout le monde à faire connaissance.

Travail et tranquilité

Parmi les participants, il y a Médar. Il s'installe à Guéret avec sa famille en tant que professeur de philosophie. Mais ce n'est pas seulement une obligation professionnelle. Médar apprécie aussi la tranquillité du lieu. "Ca fait plus de 10 ans que nous vivions en région parisienne, avec l'ambiance des grandes villes, et puis avec le risque de fréquentations pas très agréables pour les enfants. Donc on a fait le choix de venir là."

Médar a dû convaincre son épouse et ses trois enfants. Fini les balades près de la Tour Eiffel le week-end. Mais pour Merveille 17 ans, vivre à Guéret, c'est l'occasion de préparer le bac plus sereinement.

"C'est plus naturel ici, comparé au Val d'Oise. C'est plus tranquille. C'est plus facile de se concentrer sur soi-même aussi."

Le charme de la Creuse

La Creuse a fini aussi par séduire Cécile, originaire des Landes. Quand son compagnon lui a dit qu'il voulait travailler ici, elle pensait que c'était une mauvaise blague ! " Je me suis oh mon Dieu ! Je croyais que c'était une plaisanterie. Mais bon ce n'est pas si catastrophique que ça. La preuve, je n'ai pas encore trouvé d'association, y'en a tellement que je ne sais pas quoi faire, " sourit Cécile.

Cécile n'a plus qu'a choisir une activité puisqu'elle a déjà trouver un travail à Guéret.