Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Guide de haute montagne, une profession qui se féminise ?

vendredi 8 décembre 2017 à 6:12 Par Bleuette Dupin, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

C'est une première dans l'histoire de la profession des guides de haute montagne : six femmes sont sorties diplômées sur la promotion 2017 de l'ENSA de Chamonix. Elles n'avaient jamais été aussi nombreuses. Elles sont six sur cinquante nouveaux diplômés qui seront rassemblés ce week-end à Tignes.

Martine Rolland, première femme à décrocher son diplôme de guide à l'ENSA de Chamonix en 1983
Martine Rolland, première femme à décrocher son diplôme de guide à l'ENSA de Chamonix en 1983 © Maxppp - Virgile

Tignes, France

Le principal syndicat des guides de haute montagne bat le rappel tout ce week-end (du 7 au 10 décembre) à Tignes. Ce sera l'occasion pour les cinquante nouveaux diplômés sortis en septembre dernier de l'ENSA de Chamonix (Ecole Nationale de Ski et d'Alpinisme) de recevoir leur médaille de guide. Jamais aucune promotion n'avait compté autant de femmes diplômées: elles sont six cette année.

Une "bienveillance" de la profession à l'égard des femmes, disent les intéressées

Quand on leur demande si le parcours a été semé d’embûches, jamais ces diplômées n'évoquent le fait d'être une femme. Elles parlent même de "bienveillance" de la profession.

Fanny Schmutz, originaire de Servoz fait partie de cette promotion. Elle a laissé son métier de professeur des écoles pour devenir guide à 29 ans. "Je n'ai jamais ressenti de la part des guides les plus anciens de réticences, dit-elle. On a plutôt l'impression d'être une princesse quand on est en montagne avec tous ces guides qui prennent soin de nous".
 

Quant aux difficultés techniques, physiques, des a priori qui viennent plus des femmes elles-mêmes. " On a un travail a faire sur la confiance en soi pour prendre la décision d'aller à l'examen de guide, dit Fanny Schmultz. Je pense qu'une femme est tout aussi capable qu'un homme de faire ce métier et de passer l'examen physiquement, techniquement. C'est juste un problème de se faire confiance".

Certains hommes disaient : elle n'aura jamais de client, se souvient Martine Rolland

Martine Rolland a été la première femme guide de haute montagne. C'était en 1983, elle avait 30 ans. Cette monitrice de ski de fond originaire des Hautes-Alpes souhaitait vivre de la montagne toute l'année. Son mari était guide, ils pratiquaient ensemble la haute montagne depuis plusieurs années, elle a décidé de se présenter. Son carnet de courses dépassait alors largement le minimum requis.
Des réticences ? Chez les plus anciens, oui, elle s'en souvient. "L'argument de certains hommes, ou guides, opposés à ce que les femmes entrent dans cette profession c'était de dire : elle n'aura jamais de client", se souvient Martine Rolland. _Alors qu'au contraire moi j'ai été surprise de voir que les gens étaient très contents_. Ça leur plaisait de partir avec une femme qui était reconnue et qui était la première".

"Dans l'inconscient collectif, un guide c'est un gros bourru barbu", dit Lise Billon

Les clients ne sont pas toujours les plus avant-gardistes. Lise Billon, promotion 2017 à 28 ans n'est pas peu fière d'avoir décroché son diplôme, elle qui est originaire de Romans-sur-Isère, "de la plaine" et qui a été formée notamment au lycée sport nature de Die.

Des anecdotes avec des clients, elle en a déjà quelques unes : "_C'est plutôt par rapport à l'âge qu'ils sont un peu réticents. Je ne suis pas très grande, et en habits d'hiver on me donnerait presque 20 ans. Ce qui donne parfois des remarques de surprise comme : ah mais c'est vous mon guide ? Dans l'inconscient collectif un guide, c'est un gros bourru barbu_". Lise Billon tourne cela en dérision, histoire de détendre l'atmosphère avant l'ascension. Une fois encordés, les clients n'ont plus de doute.

Une trentaine de femmes sont guides de haute montagne sur 1.800 professionnels. C'est peu ? Les femmes guides répondent : ça avance. Le matériel qui évolue et les pratiques qui se diversifient y contribuent.

6 femmes guides sur une promotion de 50 cette année, vous trouvez que c'est peu? Pourtant on revient de loin, car la première femme guide c'était il y a seulement 34 ans, Nelly Assénat