Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Haguenau : la basilique de Marienthal s'adapte pour célébrer l'Assomption malgré le Covid

-
Par , France Bleu Alsace

Comment célébrer l'assomption dans le contexte du Covid ? C'est le défi qui se pose à Lourdes, mais aussi dans tous les lieux de pèlerinage, comme à la Basilique de Marienthal, tout près de Haguenau. Un millier de fidèles y viennent chaque année. Mais ce week-end, les célébrations sont réduites.

Des bornes de gel hydroalcoolique sont installées à chaque entrée de la basilique.
Des bornes de gel hydroalcoolique sont installées à chaque entrée de la basilique. © Radio France - Théo Hetsch

A l'accueil de la basilique de Marienthal ce vendredi 14 août, le téléphone n'arrête pas de sonner. Au bout du fil, des pèlerins inquiets qu'il faut rassurer : "Tout le monde va venir masqué, vous allez rentrer par le fond de la basilique et _il n'y a que 200 places à l'intérieur_", explique la sœur chargée de l'accueil. La basilique qui accueille d'ordinaire jusqu'à 800 fidèles, sera donc - comme depuis deux mois - en mode minimaliste et les places sont indiquées par des étiquettes : "Il y a un mètre de distance entre chaque personne et une seule rangée sur deux est occupée", explique le père Franck Guichard, recteur de la basilique, "il y a aussi des bornes de gel hydroalcoolique à chaque entrée de la basilique".

Les places disponibles - séparées d'un mètre - sont indiquées par des étiquettes sur les bancs.
Les places disponibles - séparées d'un mètre - sont indiquées par des étiquettes sur les bancs. © Radio France - Théo Hetsch

Au-delà de 200 personnes, impossible de suivre les messes à l'intérieur, il faudra y assister sur un écran installé sur le parvis.

"Les gens sont très prudents et il y aura donc moins de monde que les années précédentes", estime le père Guichard, recteur de la basilique

Deux fois moins de monde à l'hôtellerie que les années précédentes

Moins de monde, mais des irréductibles, comme Isabelle, une pèlerine venue  de Nancy, souriante derrière son masque en tissu : "On arrive à l'instant, on vient de se présenter à la sœur et on va aller s'installer". Elle réside dans l'hôtellerie de la basilique, qui peut contenir jusqu'à 80 places, en principe prises d'assaut à cette période. Mais cette année, elle n'est remplie qu'à moitié. Mesure de précaution, qui rassure Isabelle : "ça ne me fait pas peur, je pense qu'en étant précautionneux, on peut continuer à avoir une vie, en mettant le masque et en respectant les gestes barrière", assure-t-elle.

Une assomption particulière, a minima. Le déjeuner qui réunit habituellement 400 pèlerins, est cette année limité à 150.

La capacité de la basilique est réduite à 200 places, contre 800 habituellement.
La capacité de la basilique est réduite à 200 places, contre 800 habituellement. © Radio France - Théo Hetsch
Choix de la station

À venir dansDanssecondess