Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Hallucinant, ça fait peur" : les dons pour la Banque alimentaire de Creuse en chute libre

-
Par , France Bleu Creuse

La grande collecte de la Banque alimentaire, c'est ce vendredi et ce samedi dans 31 magasins de Creuse. Nous avons rencontré deux bénévoles qui nous racontent la détresse de certains habitants, en cette période de crise.

La collecte 2020 à l'Intermarché d'Aubusson, à la mi-journée vendredi
La collecte 2020 à l'Intermarché d'Aubusson, à la mi-journée vendredi © Radio France - Lisa Guyenne

C'est la mi-journée devant le magasin Carrefour d'Aubusson. Comme dans d'autres grandes surfaces, un caddie de la Banque alimentaire trône entre les caisses et la sortie, attendant les dons des clients. Sauf que cette année, il est presque vide. "C'est hallucinant, sincèrement, ça me fait peur", lâche immédiatement Houria, une bénévole de 62 ans. L'an dernier, à la même heure, "on avait déjà rempli 5-6 caisses ; on avait déjà fait des aller-retour. Cette année, on en a rempli qu'une."

"Même un tout petit don, ça aide quelqu'un"

"Je crois que c'est la première fois que je vois ça. Tout le monde est souriant, tout le monde nous dit "on aimerait donner", mais ne donne pas. Ils n'ont peut-être plus les moyens. Le covid, ça a crée beaucoup de chômeurs, de chômage partiel..." Aujourd'hui, la Banque manque de tout : alimentation, produits d'hygiène... Jusqu'aux produits pour bébés. "D'habitude, les bébés, on a déjà deux-trois chariots. Et regardez ce qu'on a ! Trois trucs !

Cette année, la collecte s'annonce bien plus maigre que les années précédentes. Mais il y a quand même de l'espoir : au moment où nous discutons avec Houria, une cliente arrive avec un caddie entier rempli de denrées à donner. "Moi, je me suis retrouvée dans cette situation, donc je comprends. Et maintenant que je n'ai plus besoin, j'aide les autres." Et Houria de rappeler : "même un tout petit don, ça aide quelqu'un".

ÉCOUTEZ : Notre reportage à la collecte d'Aubusson

"Une dame, qui pleurait, elle n'avait plus rien à manger"

Une fois seules, Houria et son amie bénévole Martine nous parlent d'une rencontre glaçante faite la veille de la grande collecte. "Hier, on était au local, on préparait tout pour aujourd'hui. D'un coup, la porte s'ouvre : deux personnes qui viennent d'habitude le lundi, le jour de distribution. Ils sont venus en avance, parce qu'ils n'avaient plus rien à manger. La dame pleurait. Elle était en panique. Ils ne pouvaient pas manger du tout."

"Gardez-le, votre boulot !"

"Le regard qu'ils avaient..." se souvient Houria. "Ça nous a fendu le cœur", ajoute Martine. "Ça, en 2020, en France, dans l'un des pays les plus riches du monde, c'est pas possible. Moi, je dis à ceux qui sont au SMIC : gardez-le votre boulot ! Gardez-les vos 1000 euros ! Le but, c'est d'avoir de l'argent pour vivre !" s'emporte Houria. 

ÉCOUTEZ : Le récit poignant d'Houria et Martine, bénévoles en Creuse

Choix de la station

À venir dansDanssecondess