Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : 75e anniversaire du Débarquement

Hamilton-Levaufre : deux "frères" mis à l'honneur à Périers

A l'occasion des célébrations du 75e anniversaire de la libération de Périers, un nouveau lieu de mémoire est inauguré ce samedi. Il porte les noms du colonel américain Edward Hamilton et du Prisiais Henri Levaufre. Deux hommes qui ont lié une amitié au fil des années.

Christian Levaufre, fils d'Henri, à côté du monument des Quatre-Braves en l'honneur des libérateurs de Périers
Christian Levaufre, fils d'Henri, à côté du monument des Quatre-Braves en l'honneur des libérateurs de Périers © Radio France - Pierre Coquelin

Périers, France

Ce samedi, Périers célèbre les 75 ans de sa libération. Le 27 juillet 1944, après d'âpres combats, les soldats de la 90e division d'infanterie américaine entrent dans une commune détruite à 80%. Parmi ces hommes, Edward Hamilton, 27 ans. Ce natif de Dallas dans le Texas a pris le commandement du premier bataillon du 357e régiment de la 90e division d'infanterie américaine quelques jours auparavant. Une unité avec laquelle il participe à la libération de nombreuses communes : Denneville, Saint-Lô d'Ourville, Saint-Jores... et donc Périers.

Un homme au cœur des combats, mais aussi d'une amitié qu'il a entretenue avec un Manchois, Henri Levaufre, 13 ans au moment de la libération de Périers. Pour célébrer cette amitié, un espace porte désormais le nom des deux hommes. "C'est l'aboutissement d'une démarche entamée par mon père il y a plus d'une cinquantaine d'années", explique Christian Levaufre, président de l'association "Normandy 44-90e division US". 

Une rencontre fortuite

A la fin des années 1960, de nombreux vétérans américains reviennent sur les traces de la bataille de Normandie. "Ils ont du se rencontrer pour la première fois au début des années 1970", se souvient Christian Levaufre. Vers 1972-1973, le colonel Hamilton revient à Utah Beach. Il écrit un petit mot sur le livre d'or du musée, et, quelques temps plus tard, le personnel met en relation le soldat avec la référence européenne de la 90e division d'infanterie américaine : l'historien Henri Levaufre. Le Prisiais a consacré sa vie à l'étude de cette division, qui a participé aux combats de la Normandie jusqu'à la jonction avec les Soviétiques en Tchécoslovaquie. 

La place porte déjà le nom du colonel américain - Radio France
La place porte déjà le nom du colonel américain © Radio France - Pierre Coquelin

Ils retracent ensemble le parcours d'Edward. "Des combats de 1944 naît une histoire d'hommes et une complicité historique", résume le président de l'association. A tel point que l'Américain revient plusieurs fois dans la Manche, avec sa famille. Les liens traversent les générations. 

"A mon frère français"

Le colonel Hamilton s'est illustré en Mayenne puis dans l'est de la France. C'est d'ailleurs en Moselle, à Hayange, qu'il est gravement blessé le 10 septembre 1944. Le militaire a été fait chevalier de la Légion d'honneur en 2005, avant de mourir le 30 juin 2006. "A sa mort, il a été enterré dans le cimetière de l'académie militaire de Westpoint. Mais une partie de ses cendres a été ramenée à Périers", précise Christian Levaufre. Trois ans plus tard, lors d'une cérémonie, elles sont placées sous le monument des Quatre-Braves près de la mairie. 

En 2006, Edward Hamilton a fait graver sur sa tombe "A mon frère français Henri Levaufre". Le Manchois est mort en février 2019. "Il est prévu qu'à plus ou moins long terme, une partie des cendres de mon père regagne Westpoint", confie le président de l'association. Une amitié qui perdure par delà la mort. 

Choix de la station

France Bleu