Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Handicap : pour Marie Chiaroni « Il faut normaliser le fait de voir des gens en fauteuil »

-
Par , France Bleu RCFM

Cette jeune femme de 19 ans originaire de Porto-Vecchio est en fauteuil roulant depuis 2015, suite à une erreur médicale lors d’une opération. À l’occasion de la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées, elle témoigne de sa volonté de faire changer le regard de la société.

Âgée de 19 ans, Marie Chiaroni est handicapée depuis 2015, à la suite d'une erreur médicale. Malgré cela, la jeune femme continue de sourire à la vie.
Âgée de 19 ans, Marie Chiaroni est handicapée depuis 2015, à la suite d'une erreur médicale. Malgré cela, la jeune femme continue de sourire à la vie.

Marie Chiaroni était ce vendredi l'invitée de la rédaction de RCFM. Un entretien audio à retrouver dans son intégralité ici.

Vous avez poussé un coup de gueule sur Twitter, en appelant les gens à « normaliser le fait de croiser et voir des personnes en fauteuil ». Vous évoquez même « une peur de regarder les personnes handicapées » inculquée aux enfants… Pourquoi ce coup de gueule ? Les gens ont-ils encore trop de gêne vis-à-vis des personnes handicapées ?

"Je pense que la principale difficulté que rencontrent les personnes handicapées vient du regard des autres. Aujourd’hui, il y a trop de gêne, trop de peur et ce côté dramatique autour du handicap. Alors certes, il y a souvent des drames, des choses qui sont très graves, mais je pense qu’il faut normaliser le fait de voir des gens en fauteuil car cela peut arriver à tout le monde. Ce qui nous fait du mal, c’est le fait que les gens nous voient différemment."

En ce qui vous concerne, vous savez rire de votre handicap. Vous avez reposté une vidéo où un de vos amis vous met, sans jeu de mots, « des bâtons dans les roues » de votre fauteuil, et tout le monde rigole, y compris vous !

"Oui (rires) ! C’est vrai que je préfère en rire qu’en pleurer. Certes ce n’est pas rose tous les jours, il y a des hauts et des bas dans la vie et je ne suis pas tout le temps en train de rire. Mais ce qui est sûr, c’est que je préfère en rire qu’en pleurer."

Justement, lorsque d’autres personnes handicapées vous voient rire, cela leur permet peut-être de voir leur handicap d’une autre manière ?

"C’est vrai. Suite à ma publication sur Twitter, j’ai eu beaucoup de retours de gens qui se sentaient dans une situation similaire à la mienne, et franchement cela m’a fait plaisir !"

Nous sommes dans la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées. En tant que jeune femme de 19 ans, pensez-vous que l’on en fait pour intégrer les personnes handicapées au monde du travail ?

"Evidemment selon moi, nous n’en faisons pas assez. Il y a beaucoup de travail à faire sur l’accessibilité par exemple, que cela soit sur la voie publique ou dans les bâtiments. Le gros problème chez nous, c’est que les villes sont anciennes, avec de vieux bâtiments. De ce fait, les travaux de rénovation sont souvent très longs à réaliser, et c’est à ce niveau-là que l’impasse est faite. C’est dommage, mais je vois que les choses sont en train de changer petit à petit, il y a une prise de conscience."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess