Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

VIDÉO - Handicapée, cette habitante d'Orvault lance une cagnotte en ligne pour s'acheter un bras articulé

jeudi 10 janvier 2019 à 19:13 Par Antoine Denéchère, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Emmanuelle Bety, 47 ans, est atteinte d'une maladie génétique rare qui la prive de l'usage de ses bras. Pour s'acheter un bras articulé ultra-perfectionné, cette habitante d'Orvault vient de lancer une cagnotte en ligne. Elle voudrait récolter 55.000 euros mais en est encore très loin.

Emmanuelle Bety (ici chez elle à Orvault) est atteinte d'une maladie génétique rare
Emmanuelle Bety (ici chez elle à Orvault) est atteinte d'une maladie génétique rare © Radio France - Antoine Denéchère

Orvault, France

Atteinte de mononeuropathie, Emmanuelle Bety, 47 ans, ne peut se servir ni de ses jambes ni de ses bras et est aidée jour et nuit par des auxiliaires de vie. Pendant les fêtes, cette habitante d'Orvault, dans l'agglomération nantaise, a pu tester Jaco, "pendant quinze jours" un bras articulé qui s'installe sur le fauteuil roulant et bouge grâce à une manette adaptée. 

Jaco coûte 55.000 euros

Ce bras articulé, conçu par une entreprise québécoise, est un "bijou de technologie" selon Emmanuelle Bety, "fabriqué en fibre de carbone, il est doté d'un mouvement à six axes qui correspond à l'épaule, au coude, au poignet et il reproduit seize mouvements différents", explique Emmanuelle Bety. Le problème, c'est que "Jaco coûte 55.000 euros", explique l'Orvaltaise, "il n'est pas reconnu par la Haute autorité de santé en France et donc pas remboursé ou pris en charge".

Emmanuelle Bety, chez elle, sur son fauteuil électrique, à Orvault - Radio France
Emmanuelle Bety, chez elle, sur son fauteuil électrique, à Orvault © Radio France - Antoine Denéchère

Pourtant, Emmanuelle Bety le dit : "Jaco a révolutionné ma vie quand je l'ai testé à la maison. Pour la première fois, j'ai pu me servir un verre d'eau toute seule, sans demander d'aide, aller dans un magasin et me servir moi-même dans les rayons. Je me suis même maquillée toute seule : j'étais tellement émue quand je me suis vue dans le miroir" se souvient-elle. Conseillée par ses proches, cette "grande timide"a finalement lancé une cagnotte en ligne sur le site Leetchi "un bras pour Emma" pour récolter cette somme qui "comprend le bras articulé, la programmation, l’installation sur mon fauteuil..."

"Du mal à comprendre que les gens puissent donner" pour le gilet jaune qui a boxé des gendarmes

Jeudi soir, 527 euros avait été récoltés en sept jours sur Leetchi. Loin des 115.000 euros en vingt-quatre heures recueillis pour aider l'ancien boxeur qui a frappé des gendarmes à Paris samedi dernier lors de la manifestation des gilets jaunes, une cagnotte qui fait polémique : "La violence, le manque de respect vis-à-vis des forces de l'ordre, je trouve que c'est inadmissible et j'ai vraiment du mal à comprendre que les gens puissent donner pour cette cause qui n'en est pas une pour moi ! Il y a tellement d'autres causes comme la mienne et beaucoup d'autres", estime Emmanuelle Bety. Avec cette cagnotte, elle veut "faire connaître Jaco au grand public et se battre pour tous les handicapés qui en auraient besoin."