Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Hausse des prix des carburants : la colère des Périgourdins

jeudi 26 avril 2018 à 18:30 Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord

Les prix de l'essence et du gazole continuent d'augmenter depuis le début de l'année, en France et en Dordogne. Avec un gazole qui s'établit désormais en moyenne à 1,40 euro le litre. A la pompe, les Périgourdins sont de plus en plus agacés.

Les prix de l'essence au plus haut en France, à cause des taxes et de la situation géopolitique
Les prix de l'essence au plus haut en France, à cause des taxes et de la situation géopolitique © Radio France - Antoine Balandra

Périgueux, France

Si vous faites régulièrement le plein à la pompe, vous n'avez pas pu y échapper. Les prix des carburants augmente depuis le mois de janvier. Avec en moyenne, un litre de gazole à 1,40 euro cette semaine. Le sans plomb 95 est à 1,49 euro en moyenne. 1,55 euro pour le SP98. Soit environ 0.6 centimes de plus que la semaine dernière. Pour rappel, en 2016, le prix du gazole dépassait rarement le seuil de 1 euro.

Les Périgourdins sont bien sûr pénalisés surtout ceux qui roulent beaucoup dans un département très étendu et très rural, où les moyens de transports sont peu développés.

Des taxes en hausse

Une situation qui sont la conséquence de la hausse de la Contribution Climat Energie, mais aussi de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques au mois de janvier. Les litres de carburants ont ainsi augmenté de 8 à 12 centimes en fonction du carburant.

"On nous saigne, bientôt on pourra plus rouler" dit un conducteur croisé à Périgueux

Christiane, elle parcourt 100 km par jour et elle n'en peut plus : "On finit par s'y faire, qu'est ce qu'on peut faire, de toute façon, il faut rouler, je n'ai pas le choix" dit-elle

Et paradoxalement, la situation n'est pas bonne non plus pour les petites stations services, celles situées à la campagne par exemple. A Niversac, près de Saint Laurent sur Manoire, le patron de la station Total explique qu'il est mieux pour lui que les prix soient bas. "Je gagne entre 3 et 5 centimes sur chaque litre, que les prix totaux soient bas ou élevés, donc j'ai intérêt à avoir des prix les plus bas possibles, pour faire du volume" dit-il.

Le contexte géopolitique autour de la Syrie et de l'Iran pousse aussi les prix du baril vers le haut. Et cela pourrait bien continuer.