Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Haut-Rhin : migrants et travailleurs vivent sous le même toit à Ottmarsheim

lundi 28 novembre 2016 à 5:00 France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Au foyer Aleos d'Ottmarsheim dans le Haut-Rhin, une vingtaine de migrants de Calais vivent au côté de travailleurs et salariés. La cohabitation se passe bien, les migrants reçoivent une aide financière et des cours de français avant de partir vers des centres d'accueil longue durée.

Au foyer Aleos à Ottmarsheim, ils sont une vingtaine de migrants actuellement
Au foyer Aleos à Ottmarsheim, ils sont une vingtaine de migrants actuellement © Maxppp -

Ottmarsheim, France

Comme d’autres régions françaises, l’Alsace a accueilli des réfugiés en provenance de Calais (la jungle sur place a été démantelée début octobre), ou des camps de Paris. On en trouve à Strasbourg, à Ferrette ou encore à Ottmarsheim : dans cette localité haut-rhinoise, ils sont hébergés dans un foyer qui accueille aussi des travailleurs. La cohabitation se passe bien.

Afghans, Soudanais, Érythréens… Ils sont une vingtaine de migrants accueillis au foyer Aleos. Ils sont descendus au petit matin d’un autobus, ne sachant pas vraiment où ils arrivaient. Stéphane Schneider est responsable du secteur résidences chez Aleos :

Ils sont descendus du bus juste avec un sac plastique, ce qui nous a surpris c'est qu'ils sentaient la suie, probablement à cause des réchauds

Des migrants surpris et ravis de cet accueil : ils ont reçu grâce à des dons de particuliers des vêtements chauds, un bonheur après des mois de galère. Tarik assure la traduction :

La première chose qu'ils veulent c'est apprendre le français, et ensuite trouver une formation.

Le foyer Aleos, rue des iris, est un beau bâtiment aux abords soignés. Il propose 153 chambres d’environ 10m2, la moitié sont réservées aux salariés, notamment ceux qui interviennent actuellement à la centrale nucléaire de Fessenheim, il y aussi de l’hébergement social et enfin 20 places pour les réfugiés. La confiance s’est installée progressivement avec les travailleurs, chaque migrants dispose d’une chambre et d'une aide de 50 euros par semaine. Des sorties sont organisées à Mulhouse, ainsi qu’un cours hebdomadaire de français. Célia Buder, référente migrante au foyer d’Ottmarsheim :

Ils nous disent qu'ici ils sont bien, certains qui sont partis à Mulhouse reviennent nous voir !

Les réfugiés d’Ottmarsheim passent quelques semaines ici, ils iront ensuite dans de vrais centre d’accueil pour demandeurs d’asile. Leur statut sera étudié prochainement, ceux qui n'obtiendront pas le statut de réfugiés seront renvoyés dans le pays via lequel ils sont entrés en Europe.