Société

Haute-Garonne : le vent peut-être à l'origine des dégradations au cimetière de Saint-Béat

France Bleu Toulouse lundi 2 mars 2015 à 16:19

Carte de localisation de Saint-Béat en Haute-Garonne
Carte de localisation de Saint-Béat en Haute-Garonne © IDÉ

L'indignation était remontée jusqu'au président de la République, presque deux semaines après l'hypothèse de l'acte de vandalisme s'éloigne.

Le coupable, ce pourrait être le vent, dans l'affaire des dégradations du cimetière de Saint-Béat. L'enquête se poursuit mais Cécile Deprade, procureur de la République de Saint-Gaudens, indique sur France Bleu Toulouse que "la piste du vent et des intempéries intéresse les enquêteurs, des réquisitions sont d'ailleurs envisagées auprès de Météo France" . "Un coup de vent vers le 12 février et plusieurs averses de pluie et de neige pourraient donc être à l'origine des dégradations constatées six jours plus tard le 18 février" , ajoute-t-elle.

Cimetière Saint-Béat procureur

Juste après la profanation d'un cimetière juif en Alsace

Le 18 février au matin, un employé municipal de la mairie de Saint-Béat constatedes actes présumés de vandalisme sur les tombes du cimetière. On était alors quelques jours après la profanantion du cimetière juif de Sarre-Union en Alsace.

Dans le village pyrénéen de 400 habitants tout au sud de la Haute-Garonne, une vingtaine de tombes avait été dégradée : plaques funéraires emportées, crucifix et autres pots de fleurs projetés au sol. Le chef de l'État avait immédiatement condamné "avec la plus grande fermeté des actes indignes qui portent atteinte à notre République" .

Après deux semaines d'enquête,  aucun témoignage accrédite l'hypothèse des dégradations volontaires. 

"J'espère profondément que le vent soit le coupable."

Le maire de Saint-Béat, Alain Frisoni, est partagé entre circonspection et espoir. Sur France Bleu Toulouse le 18 février l'élu avait très vivement dénoncé les dégradations découvertes dans le cimetière, aujourd'hui Alain Frisoni envisage toutes les hypothèses.

cimetière de Saint-Béat maire