Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

Haute-Goulaine : enseignants et parents d'élèves ensemble contre la réforme de l'éducation nationale

mardi 12 mars 2019 à 20:11 Par Florian Cazzola, France Bleu Loire Océan

Du jamais vu à Haute-Goulaine, en Loire-Atlantique. Pour protester contre la loi Blanquer, sur "l'école de la confiance", les quatre institutrices de la maternelle de la Châtaigneraie ont décidé de faire une semaine de grève. Les parents d'élèves soutiennent le mouvement.

Les quatre institutrices de l'école maternelle de la Châtaigneraie, à Haute-Goulaine, font grève depuis lundi pour dénoncer la réforme Blanquer, du nom du ministre de l'éducation nationale.
Les quatre institutrices de l'école maternelle de la Châtaigneraie, à Haute-Goulaine, font grève depuis lundi pour dénoncer la réforme Blanquer, du nom du ministre de l'éducation nationale. © Maxppp - Julien Mattia

Haute-Goulaine, France

Les sorties de classes sont étrangement calmes depuis une semaine à Haute-Goulaine, en Loire-Atlantique. Et pour cause, les quatre institutrices de l'école maternelle de la Châtaigneraie sont en grève depuis lundi 11 mars et pour une semaine. Leur objectif, dénoncer le projet de loi mené par Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'éducation nationale, et qui a été voté le mois dernier à l'Assemblée nationale. Pendant la durée du mouvement, un service d'accueil minimum est tout de même assuré, comme le prévoit la loi. 

Un rassemblement devant le collège de Goulaine

Outre la mise en place de l'école obligatoire dès trois ans ou encore l'apparition des drapeaux français et européens dans les classes, la réforme menée par le gouvernement prévoit la possibilité de regrouper les classes d'un collège et de plusieurs écoles d'un même secteur.  Selon Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'éducation nationale, cette mesure vise à avoir une "plus grande unité" entre le primaire et le secondaire. Une réforme qui risque surtout de toucher les établissements scolaires publics dans les zones rurales. 

"Demain, on peut nous dire : vous serez rattachés à un collège, peste Magalie Viaud, la directrice de l'école maternelle de Haute-Goulaine. Ça sera un principal qui chapeautera les écoles maternelles, élémentaires et le collège. Et nous, on se demande comment un principal qui ne connait aucune spécificité de l'école maternelle et élémentaire pourra dialoguer avec les familles. Nous n'avons aucune information." 

Dans leur immense majorité, les parents d'élèves soutiennent eux aussi ce mouvement qui dure depuis plusieurs jours. "Je suis très inquiète pour l'avenir de mon enfant", confie Lucie qui attend sa fille de 3 ans et demi sous la pluie. Même sentiment chez Nathalie, mère de Célia et Sylvain. "Quand on a un souci familial, géographique ou autre, on a un directeur d'école qui est aussi enseignant ici, qui comprend et peut nous aider. Si plus tard, on a affaire à l'adjointe du principal du collège, qui est purement une administrative, ce ne sera pas la même chose.

Après avoir manifesté devant l'inspection académique, à Nantes, ce lundi, parents d'élèves et instituteurs organisent une nouvelle journée d'action, ce mercredi à 11 heures, devant le collège de Goulaine