Société

Haute-Loire : un trafic de poulets dans le Brivadois

France Bleu Saint-Étienne Loire dimanche 15 mars 2015 à 12:08

Poules
Poules © Fotolia.com

C'est le troisième vol de poulets dans le Brivadois en moins de 6 mois. La semaine dernière, les gendarmes de Haute-Loire ont ouvert une enquête après la disparition de 160 volailles dans un élevage à Cohade dans la nuit du 9 au 10 mars. Le président de la FDSEA, la fédération agricole parle de bandes organisées.

Un élevage de volailles a été visité dans la nuit du 9 au 10 mars à Cohade en Haute-Loire. Selon la gendarmerie, 160 poulets ont été volés.C'est le troisième vol de grande ampleur dans le Brivadois en moins de 6 mois selon Yannick Fialip le président de la FDSEA en Haute-Loire.

À Cohade, tous les agriculteurs voisins ont été prevenus par texto après le rapt des poulets

La fédération agricole, la chambre d' agriculture ont signé une convention avec la gendarmerie et la préfecture. Objectif: augmenter les dispositions de sécurité autour des élevages. À Cohade, tous les agriculteurs voisins ont été prevenus par texto après le rapt des poulets. Dominique Tioque n' a pas été surpris. Il lui est arrivé la même chose l'été dernier. L'agriculteur élève des vaches et plus de 4000 volailles dans deux hangars un peu isolés. Il est installé sur la commune depuis plus de 30 ans. On lui avait déjà volé du gazoil ou du matériel pour parquer les bêtes mais jamais d'animaux.

Les agriculteurs de Cohade en Haute-Loire victimes de vols de poulets / Laureline Dubuy

" Ce sont certainement des bandes organisées"

Yannick Fialip, le président de la FDSEA Haute-Loire

Les agriculteurs n' habitent pas toujours à côté de leurs exploitations. " On ne peut pas les surveiller jour et nuit explique Dominique Tioque". L'éleveur va faire installer des caméras. Il est persuadé que les voleurs reviendront: " Si j' arrive à ce moment là avec le téléscopique, la voiture ne repart pas" s'énerve Dominique. Une voiture ou plutôt un gros camion. Yannick Fialip, le président de la FDSEA est persuadé qu'il s'agit de bandes organisées avec de gros moyens: " derrière il faut pouvoir les ramasser, les transporter dans des camions, de les revendre et de les transformer" explique t-il.

Trafic de poulets SON

Les gendarmes de Haute-Loire ont ouvert une enquête.

Partager sur :