Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Haute-Savoie - Importante mobilisation à Annecy pour défendre une inspectrice du travail et un ancien salarié de Tefal

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Ils devaient tous les deux comparaitre devant le tribunal d’Annecy pour violation du secret professionnel et recel de courriels de l'entreprise Tefal. Si leur procès a été reporté au 16 octobre, plus de quatre cents personnes se sont mobilisées pour les soutenir.

Annecy procès inspection travail
Annecy procès inspection travail © Radio France

En 2013, Laura Pfeiffer avait découvert un problème de régularité dans l’accord sur les 35h signé au sein de l’entreprise Tefal à Rumilly. Depuis cette inspectrice du travail vit un calvaire. "Elle a tout simplement fait son travail, et les patrons (ici ceux de Tefal) ont fait pression sur la direction du travail de la Haute-Savoie pour la muter et ainsi enterrer le dossier" indique un délégué syndical de l’entreprise implantée à Rumilly."On fait son procès alors que c’est Téfal qui devrait être devant le tribunal" poursuit un collègue de la jeune femme.

REPORTAGE - 400 personnes devant le tribunal d'Annecy pour soutenir l'inspectrice du travail.
> {% audio dcb2bd5e-0b8a-11e5-89b9-005056a87fa3 %}      
> {% image d3feff81-0b85-11e5-89b9-005056a87fa3 %}

Ce procès qui devait avoir lieu ce vendredi, a finalement été renvoyé au 16 octobre à la demande des avocats. Il est reproché à la jeune inspectrice du travail ainsi qu’à un salarié de Téfal (licencié depuis) d'avoir rendu public des mails internes à l'entreprise montrant que la direction avait cherché à entraver les investigations de l'inspectrice du travail. Dans un de ces messages, l’ancien salarié de Tefal, remarquait  que le directeur départemental du travail (DDT), a "le pouvoir"  de changer Laura Pfeiffer "de section administrative pour que Tefal ne soit plus dans son périmètre" .    

Une "justice aux ordres des possédants"  (CGT) 

Saisi, le conseil national de l'inspection du travail (CNIT) a estimé en juillet 2014 que l'entreprise avait "porté atteinte"  à l'indépendance de l'inspection "en tentant d'obtenir de l'administration (préfet) et du responsable hiérarchique le changement d'affectation de l'inspectrice". "Ces pressions n'ont pas été suivies d'effet" , souligne cependant le CNIT. Pressions avérées sur l’inspectrice du travail, mais c’est elle et le "lanceur d’alerte" de Téfal qui se retrouvent devant le tribunal. Ils doivent répondre de violation du secret professionnel, de recel de courriels de l'entreprise Tefal, détournement de courriels et accès frauduleux à un système informatique.

Les syndicats CGT, Sud, CNT, FSU et FO ont dénoncé un procès "éminemment politique" , *"le procès de notre métier, de l'inspection du travail, démantelée depuis des années par les gouvernements successifs et qui doit faire face aux attaques incessantes du patronat" * . Pierre Solvas, responsable de la CGT de Haute-Savoie, a ainsi vilipendé une "justice aux ordres des possédants" .

Annecy procès inspection travail B Thibault
Annecy procès inspection travail B Thibault © Radio France - Richard Vivion

Présent à Annecy ce vendredi, l’ancien secrétaire général de la CGT. Bernard Thibault estime que ce procès est *"un moyen de rétorsion" * contre une inspectrice du travail, ce qui est interdit par la convention n°81 de l'Organisation internationale du travail (OIT). ***"Si elle est condamnée la France se mettra en infraction et (dans ce cas) je porterai plainte auprès de l'OIT" ***  a-t-il indiqué.

INTERVIEW | Bernard Thibault, ancien patron de la CGT, aujourd'hui membre du bureau du BIT (Bureau International du Travail).
> {% audio 5d3cfe8c-0b8a-11e5-89b9-005056a87fa3 %}

Choix de la station

À venir dansDanssecondess