Société

Haute-Savoie | Manifestation des animateurs du périscolaire : "plus ça va et plus on nous en rajoute"

Par Richard Vivion, France Bleu Pays de Savoie lundi 19 septembre 2016 à 17:34

Manifestation des animateurs du périscolaires ce lundi devant la préfecture de la Haute-Savoie à Annecy.
Manifestation des animateurs du périscolaires ce lundi devant la préfecture de la Haute-Savoie à Annecy. © Radio France - Richard Vivion

Depuis la réforme des rythmes scolaires, ils s’occupent des activités des enfants après l’école. Or cet été le gouvernement a décidé de modifier les règles concernant les taux d’encadrement. Une mesure dénoncée par les animateurs du périscolaire. A Annecy, ils ont manifesté ce lundi.

C’était un mouvement de grève national à l’appel d’une intersyndical. A Annecy ce lundi, ils étaient une quarantaine d’animateurs du périscolaire avec banderoles et pancartes devant les grilles de la préfecture. Le motif de leur colère ? La baisse annoncée des taux d'encadrement ou, autrement dit, une question de math. Aujourd’hui, la règle impose un animateur pour encadrer 10 bambins de moins de six ans et un pour 14 enfants du primaire. "Maintenant, ce sera 4 de plus soit 14 maternelles pour un seul animateur et 18 dans le groupe des plus grands", explique Carole. "C’est beaucoup trop", poursuit cette animatrice périscolaire qui travaille dans les écoles de la communauté de commune Faucigny-Glière. "Plus ça va et plus on nous en rajoute et moins on peut apporter tout ce qui est pédagogique et bien-être de l’enfant."

Quatre enfants de plus ? Oui cela change quelque chose !" (Carole, animatrice du périscolaire en Haute-Savoie)

Interview de Richard Vivion

"Quatre enfants de plus à gérer, c'est trop". Les animateurs du périscolire ont manifesté à Annecy ce lundi. - Radio France
"Quatre enfants de plus à gérer, c'est trop". Les animateurs du périscolire ont manifesté à Annecy ce lundi. © Radio France - Richard Vivion

"Dix-huit enfants (de plus de 6ans) à gérer cela n’est pas possible", faisait remarquer Anne-Sophie. Mais cette animatrice a également voulu attirer l’attention sur un autre point. Pour elle, le problème ne se résume pas qu’à une simple question d’arithmétique. Elle estime qu’il faut aussi se poser la question du manque de reconnaisse de ce métier. "Quand je dis que je suis animatrice, on me répond : "Ah c’est cool, tu joues aux jeux de société toute la journée". Au regard du travail et des responsabilités et du travail que nous avons, notre métier n’est pas reconnu."

Les parents nous confient quand même la prunelle de leurs yeux (leurs enfants)." (Anne-Sophie, animatrice du périscolaire en Haute-Savoie)

Interview de Richard Vivion

  • La baisse des taux d'encadrement a été décidée cet été par le gouvernement, à la demande de l'association des maires de France. Selon l’intersyndicale à l’origine de la journée d’action ce lundi des animateurs du périscolaire, cette réforme aurait aussi pour objectif de faire faire des économies aux communes qui financent les activités périscolaires.

Partager sur :