Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Haute-Savoie : polémique autour du spectacle de l'ours Valentin mercredi à Thônes

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Le dresseur animalier Frederic Chesneau doit se produire mercredi à Thônes en Haute-Savoie avec son ours Valentin et cela crée la polémique. Une pétition, lancée par deux associations demandant l'annulation, a recueilli plus de 34.000 signatures sur internet.

Polémique autour du spectacle de la compagnie Atckaka, qui doit se produire mercredi à Thônes
Polémique autour du spectacle de la compagnie Atckaka, qui doit se produire mercredi à Thônes © Maxppp -

Haute-Savoie, France

Son spectacle prévu mercredi à Thônes en Haute-Savoie crée la polémique depuis plusieurs jours. Le dresseur animalier Frédéric Chesneau doit se produire avec son ours Valentin. Deux spectacles d'une demi-heure chacun sont prévus près de l'église à 11h et à 18h. Plusieurs associations critiquent vivement ce qu'elles considèrent comme de l'exploitation animale. 

34.000 signatures sur internet pour demander l'annulation

Une pétition lancée sur le site internet mesopinions.com par "Aves France" et "Paris Animaux Zoopolis" pour demander l'annulation du spectacle a déjà recueilli plus de 34.000 signatures. 

"Montreur d'ours, un spectacle moyenâgeux" selon Aves France. 

Dans un communiqué, les deux associations, qui demandent "l'interdiction de tous les spectacles de montreurs d'ours", demande le placement des ours captifs "dans des refuges véritablement adaptés à leurs besoins". Aves France assure avoir obtenu la garantie de places disponibles pour tous les animaux, évoquant "une pratique moyenâgeuse". Un collectif d'opposants locaux a d'ailleurs prévu de manifester sur place mercredi après-midi.

Des critiques récurrentes 

Cette mobilisation est loin d'être une première. Frederic Chesneau, qui travaille également régulièrement pour le cinéma avec ses ours, a l'habitude d'être pris pour cible. Début août, le président d'Aves France Christophe Coret a d'ailleurs été entendu par la police à Rouen, suite à une plainte pour diffamation, harcèlement et menaces de mort, déposée par le dresseur. 

Assurant "avoir tendu la main à plusieurs reprises à ses détracteurs", Frederic Chesneau leur répond sur son site internet : "Nous aimons les animaux, tous issus d'élevage en captivité. Nous ne cautionnons pas la capture d'animaux vivant à l'état sauvage. Pour nous, 'dresser' un animal, c’est l’amener vers le haut. Les illuminés qui protestent, critiquent, mais ne sont jamais sur le terrain pour sauver des animaux, feraient mieux d’aider les refuges en donnant de leur temps et de leur argent". 

Choix de la station

France Bleu