Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mondial 2018 de football

Haute-Vienne : avant le match France-Belgique, on ne badine pas avec l'humour à Eymoutiers

mardi 10 juillet 2018 à 5:19 Par Nicolas Tarrade, France Bleu Limousin

En Haute-Vienne, à Eymoutiers, où vivent beaucoup de Belges, ce match entre la France et la Belgique a des allures de finale. Depuis ce week-end, les commerçants, les habitants, se chambrent avec humour sur l'issue de la rencontre, jusqu'au coup d'envoi ce mardi soir à 20 heures.

Le match a déjà commencé entre les supporters belges et français
Le match a déjà commencé entre les supporters belges et français © Radio France - Nicolas Tarrade

Eymoutiers, France

Une rue commerçante ombragée. Une terrasse de bistrot remplie. Des boutiques de produits spécialisés. Et des drapeaux belges. Le décor est planté. En Haute-Vienne, à Eymoutiers, où vivent beaucoup de Belges, cette demi-finale entre la France et la Belgique a des allures de finale. Depuis ce week-end, on se chambre avec humour entre commerçants. 

En Haute-Vienne, beaucoup de belges vivent aux alentours du plateau de Millevaches - Radio France
En Haute-Vienne, beaucoup de belges vivent aux alentours du plateau de Millevaches © Radio France - Nicolas Tarrade

"J'ai déposé des mouchoirs dans les commerces de la ville pour taquiner un peu. J'ai mis les drapeaux pour rappeler que la Belgique était bien présente ce soir face à la France", explique ce commerçant belge. Il vivait près de Namur, mais depuis trois ans, il a posé ses bagages en Haute-Vienne, pour vendre des bières dans sa boutique et des gaufres belges sur les marchés. Ce match tombe à pic. Et, pour lui, aucun doute. La Belgique l'emportera. "Voyant ce qu'on a vu jusqu'à présent, la Belgique a plus de chances de gagner le match. Allez, je vais dire, à septante pour cent, à 70%, non à septante pour cent", estime-t-il, un brin chauvin

Les supporters français ont du répondant

Sur le trottoir d'en face, il y a l'agence immobilière de cette franco-belge. "Le sacre de 1998, on l'a vécu depuis la Belgique. C'est un match d'anthologie. On a fait la fête, on les aime nos voisins français". Autant dire que 20 ans plus tard, elle qui réside désormais en Haute-Vienne, son cœur balance : "je me demande comment ça va se passer parce que j'ai envie de soutenir autant les Bleus que les Diables Rouges". Bon, des paris sont tout de même en jeu. "Si la Belgique gagne, je suis obligée de laisser le drapeau belge sur la devanture de ma boutique. Mais vu que ça ne se passera pas comme ça, on laissera le drapeau français", sourit cette commerçante française. 

Une ambiance bon enfant jusque dans le bistrot du centre-ville, où trône un drapeau belge légèrement "customisé". Dessus notamment la tête du chanteur belge Stromae en pleurs, et le Manneken Pis avec un béret, une marinière et une baguette sous le bras.

On se chambre gentillement entre français et belges - Radio France
On se chambre gentillement entre français et belges © Radio France - Nicolas Tarrade

Une communauté belge sur le plateau de Millevaches

Autour d'Eymoutiers, et aux abords du plateau de Millevaches, une communauté belge se dessine depuis quelques années. "Il y a pas mal de retraités qui ont choisi la qualité de vie ici. Il y a aussi des jeunes actifs qui ont décidé de changer de vie, et aspirer à cette qualité de vie, qui est quand même juste incroyable", juge cette Belge, à la tête d'une agence immobilière et d'une table d'hôte, résidant en Limousin depuis 18 ans. "On a pris goût à la région, et comme on avait un nouveau projet de vie. On s'est installé ici", conclut le propriétaire de la boutique "Belge à croquer". 

Un nom peut-être prémonitoire, une directive sans doute à suivre pour l'Équipe de France. Un match haletant, sous pression, face au "pays de la bière", qui ne pouvait avoir lieu qu'en demi.