Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Haute-Vienne : Cécile, 15 ans, intègre le Service national universel en rêvant de la Marine nationale

-
Par , France Bleu Limousin

42 jeunes de 15 et 16 ans font partie de la promotion 2020 du Service national universel (SNU) en Haute-Vienne, la première dans le département. Parmi eux, Céline, 15 ans, qui rêve d'intégrer l'école des mousses de Brest, puis la Marine nationale.

Cécile et sa mère Karine, lors de la cérémonie d'accueil des jeunes du SNU, à la Préfecture de Haute-Vienne.
Cécile et sa mère Karine, lors de la cérémonie d'accueil des jeunes du SNU, à la Préfecture de Haute-Vienne. © Radio France - Thomas Coignac

Elle est arrivée d'Aixe-sur-Vienne, près de Limoges, avec sa mère dans la salle des fêtes de la Préfecture de la Haute-Vienne, ce mardi 21 juillet. Comme ses petits camarades, elle a écouté le préfet leur expliquer que cette expérience allait leur servir. Mais Cécile, 15 ans le savait déjà. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Elle s'est inscrite au Service national universel avec un but bien précis. " Je veux faire fusiller-marin, dans la Marine", dit l'adolescente, derrière son masque chirurgical. Mon professeur principal m'a conseillé de m'inscrire". Son but c'est de postuler à la rentrée 2022, une fois ses 16 ans fêtés, pour entrer à l'école des mousses, à Brest. Et comme la sélection se fait sur dossier, elle en est sûre, le SNU va lui ouvrir les portes. 

55 jeunes inscrits, 42 confirmés en Haute-Vienne

Testé dans 13 départements pilotes en 2019, le Service national universel a été ouvert à 30 000 jeunes de 15 à 16 ans, dans toute la France en 2020. En Haute-Vienne, pour la première édition cette année, les premiers messages de recrutement de la Préfecture évoquaient une jauge de 150 jeunes. Il y en avait 55 à la clôture des inscriptions, repoussées à cause de la crise du Covid-19. Finalement, ils seront 42 volontaires dans la première promotion du SNU dans le département. "Avec la crise sanitaire, et comme les dates ont changé, beaucoup ont décidé d'arrêter, détaille Clara Paillot, qui a recueilli les dossiers des jeunes. Mais on est quand même contents, parce que c'est une première, et que l'on découvre tout cela aussi".

Le Préfet de Haute-Vienne, Seymour Morsi, souhaite la bienvenue aux volontaires, accueillis à la salle des fêtes de la Préfecture, mardi 21 juillet.
Le Préfet de Haute-Vienne, Seymour Morsi, souhaite la bienvenue aux volontaires, accueillis à la salle des fêtes de la Préfecture, mardi 21 juillet. © Radio France - Thomas Coignac

Au programme pour eux, une mission d'intérêt général dans une association ou une administration de Haute-Vienne. Ils auront jusqu'à juillet 2021 pour réaliser ces 12 jours de mission, ou 84 heures, consécutives ou non. Mais le grand moment sera le stage de cohésion, pendant les vacances de la Toussaint, du 19 au 30 octobre 2020. 

Ça va me faire du bien de rencontrer des gens, moi qui ne suis pas très sociable

Une sorte de mini-service militaire, avec un cérémonial autour du lever et du baisser du drapeau, et des activités, selon le site du SNU, "inspirés des organisations d’éducations populaire et du scoutisme". Cécile en attend beaucoup. "Ça va me faire du bien de rencontrer des gens, moi qui ne suis pas très sociable.... On va aussi rencontrer les adultes qui vont nous expliquer leurs métiers, ça va être très intéressante. Je suis vraiment pressée, hyper excitée...", dit la jeune fille. Avec ses camarades de promotion, ils seront répartis dans divers centres de Nouvelle-Aquitaine, dont certains dans la Creuse. "C'est intéressant pour voir ce qu'est la discipline. Elle, elle s'éparpille un petit peu, un peu de cadre ne lui fera pas de mal", confirme sa mère. 

"Tu fais quoi pendant tes vacances, sinon ?", rigole Cécile dont le programme de la Toussaint est, de fait, déjà fait. "Le service militaire c'était un an, c'était très dur, c'était que les hommes. Là c'est ouvert à tout le monde, donc c'est mieux ! Mais le stage ne dure que 12 jours, il pourrait durer plus longtemps quand même", poursuit-elle, en ouvrant son paquetage et en découvrant son uniforme de rigueur. 

30 000 jeunes partout en France vont participer à la deuxième édition du Service national universel.
30 000 jeunes partout en France vont participer à la deuxième édition du Service national universel. © Radio France - FRANCOIS CORTADE

Pour celle qui va passer en première au lycée Auguste-Renoir de Limoges, il n'y a pas de doute, c'est la carrière militaire qui l'intéresse. "Ça vient de son grand-père, qui a fait la Marine à Brest, explique sa mère Karine. Il lui en parle, il lui raconte ses histoires, ses anecdotes, et ça la touche". Pas une très grande fan de l'école, cela serait un "accomplissement, parce que tout le monde n'y arrive pas. Et puis j'ai deux grandes sœurs, donc si je fais quelque chose qu'elles n'ont pas fait, je pourrais me vanter un peu". De quoi, en tout cas, rendre sa maman "très très fière, et sa famille aussi. _Une petite Limougeaude qui entre à l'école des mousses_, il n'y en a pas beaucoup. On croise les doigts". 

Les jeunes ont été accueillis à la salle des fêtes de la Préfecture, mardi 21 juillet.
Les jeunes ont été accueillis à la salle des fêtes de la Préfecture, mardi 21 juillet. © Radio France - Thomas Coignac

Comme Cécile, d'autres jeunes dans la salle se voient militaires. "Certains s'y projettent déjà. Et c'est bien, parce qu'ils pourront être au contact de ces personnes-là, faire leur mission d'intérêt général dans un corps en uniforme. Ce sera déjà une expérience professionnelle", explique Clara Paillot. Une petite déception pour eux quand même : en raison des consignes sanitaires, impossible de faire sa mission d'intérêt général à la gendarmerie. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess