Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Haute-Vienne : Guingouin l'instituteur

-
Par , France Bleu Limousin

Une plaque commémorative à la mémoire de Georges Guingouin et de son épouse, a été inaugurée sur le mur de l'ancienne école de Saint-Laurent-les-Eglises. Souvenir d'une époque, où le célèbre résistant, disparu il y a 14 ans, avait été instituteur dans cette commune du Nord de la Haute Vienne.

photo de classe année 1952/1953
photo de classe année 1952/1953

Saint-Laurent-les-Églises, Nouvelle-Aquitaine, France

Une parenthèse d'un an

Georges Guingouin et son épouse Henriette ne sont restés qu'une seule année scolaire à Saint-Laurent-les-Eglises (1952/1953). Il s'agit d'une courte période de leur vie, peu connue du grand public. Pendant un an, ils ont fait la classe à 28 élèves, des villages environnants. 

La plaque commémorative accrochée sur les murs de l'ancienne école du Vistrat, à Saint-Laurent-les -Eglises (Haute-Vienne) - Radio France
La plaque commémorative accrochée sur les murs de l'ancienne école du Vistrat, à Saint-Laurent-les -Eglises (Haute-Vienne) © Radio France - F.CANO

Claude Bureau se souvient d'un personnage déjà historique : "j'étais impressionné par cet homme car ce n'était pas un homme comme les autres"

Précurseur, une dizaine d'années avant le début de la mixité à l'école (1965), Georges Guingouin l'avait imposée dans son école : "Il a fait l'égalité entre les garçons et les filles ! Il ne voulait pas de différence", raconte Claude Biron. 

Cinéma, bibliothèque, cantine et fenêtre ouverte... 

En un an, il a mis en place une cantine pour les écoliers des villages voisins, qui ne pouvaient pas rentrer déjeuner chez eux. Il a créé une bibliothèque pour les enfants, où certains ont pu découvrir les "Misérables", par exemple. Le cinéma a également fait son apparition dans l'école insiste Marie Andrée : "Il avait un projecteur et on avait acheté des petits films avec l'argent que l'on avait récolté grâce à notre coopérative. Et le samedi, après le ménage dans la classe, on assistait à des séances".

Les anciens élèves au premier rang - Radio France
Les anciens élèves au premier rang © Radio France - F.CANO

Ceux dont la mémoire résiste au temps, se rappellent d'autres épisodes plus sombres de cette époque, comme la fois où au beau milieu d'un cours, G.Guingouin avait sauté par la fenêtre de sa classe, "qu'il laissait toujours ouverte", selon Claude B. car il avait craint pour sa vie et s'était enfui dans les bois.

Les habitants et les anciens élèves commémorent la mémoire de leurs anciens instituteurs - Radio France
Les habitants et les anciens élèves commémorent la mémoire de leurs anciens instituteurs © Radio France - F.CANO

Dorénavant, une plaque remémorera le souvenir de cette période lointaine, marquant la vie des habitants de saint-Laurent-les-Eglises, il y a plus de 66 ans.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu