Infos

Haute-Vienne : le centre éducatif fermé de Moissannes rouvre ses portes

Par Nathalie Col, France Bleu Limousin mardi 29 novembre 2016 à 20:33

Le château qui hébrege les mineurs délinquants au centre éducatif fermé de Moissannes, en Haute-Vienne
Le château qui hébrege les mineurs délinquants au centre éducatif fermé de Moissannes, en Haute-Vienne © Radio France - Nathalie Col

Une après-midi portes-ouvertes était organisée ce mardi au centre éducatif fermé de Moissannes, en Haute-Vienne. Une manière pour les dirigeants de rassurer la population avant le retour de mineurs délinquants d'ici quelques jours dans le centre dont l'activité a été suspendue près d'un an et demi.

Après un an et demi de fermeture liée à des dérapages de certains anciens membres de l'équipe et du directeur de l'époque, qui ont depuis été condamnés par la justice, le centre éducatif fermé de Moissannes va de nouveau accueillir dans quelques jours des mineurs délinquants dans cette petite commune haut-viennoise. La structure a été reprise par l'institut Don Bosco, basé en Gironde, qui gère déjà plusieurs établissements de ce type et a une longue expérience dans ce domaine.

Près de la moitié de l'équipe a été renouvelée

Une nouvelle équipe dirigeante est arrivée début juillet, pour superviser ce centre qui compte 27 salariés, dont 11 nouveaux venus. Ils pourront accueillir jusqu'à 12 mineurs délinquants dans le château et le parc qui s'étend sur 17 hectares. Le premier pensionnaire est attendu vendredi 2 décembre puis d'autres arriveront progressivement. En attendant une après-midi portes-ouvertes était organisée ce mardi pour les partenaires mais aussi les habitants du secteur très curieux de venir découvrir la propriété et le but de cette structure.

Le nouveau directeur Christian Leca (à droite) avec une partie de son équipe devant l'entrée du centre éducatif fermé de Moissannes - Radio France
Le nouveau directeur Christian Leca (à droite) avec une partie de son équipe devant l'entrée du centre éducatif fermé de Moissannes © Radio France - Nathalie Col

Une curiosité teintée d'inquiétude

Tout l'après-midi des dizaines d'habitants de Moissannes ont suivi les visites par petits groupes, guidés par les salariés du centre éducatif fermé. Avec tous la même curiosité de "voir comment c'est aménagé, comment les jeunes vont être suivis". Un homme ajoute "on sait qu'il y a eu quelques soucis avec les précédents. On veut donc voir comment ils ont arrangé tout ça." A demi-mots, certains reconnaissent qu'ils s'inquiètent du profil des jeunes accueillis et au risque de fugue ou de vol. Certains ont même cru que le site allait devenir un centre de déradicalisation pour les djihadistes.

La nouvelle direction veut jouer la transparence avec la population

C'est donc pour couper court aux rumeurs et expliquer le projet éducatif que le nouveau directeur du centre a voulu ouvrir les portes. Christian Leca a aussi du rassurer certains personnels de l'ancienne équipe, ébranlés par l'affaire qui a secoué l'établissement. "Il a fallu les rassurer sur le projet qu'on voulait mettre en place, sur le bien-être et le bien-fondé de ce projet. Il a fallu remettre la bien-traitance sur le tapis et remettre l'intérêt du jeune au centre du projet." A quelques jours de l'arrivée des premiers jeunes il se dit tout à fait confiant.

Une équipe pluridisciplinaire est chargée de remettre les jeunes délinquants sur le droit chemin

Des éducateurs aux psychologues en passant par une enseignante et d'autres professionnels, l'équipe du centre éducatif fermé de Moissannes va s’atteler à recadrer des jeunes multirécidivistes de 13 à 16 ans. Les éducateurs vont aussi leur apprendre à entretenir le domaine, faire un peu de mécanique, menuiserie ou encore maçonnerie. Les pensionnaires devront également s'occuper des animaux du domaine : quatre ânes, un poney, des lapins et bientôt des poules et des cailles.

Des stages et des travaux dans les communes alentour sont aussi au programme

Parmi ceux qui ont tenu à venir à ces portes-ouvertes, il y a des élus voisins comme Jean-Pierre Nexon, le maire de Sauviat sur Vige. Il tenait à rencontrer la nouvelle équipe et s'assurer que sa commune continuerait d'être associée aux projets du centre éducatif fermé. "On avait l'habitude de travailler avec eux sur différents travaux comme du débroussaillage. C'est très précieux pour nous parce que ça nous donne un bon petit coup de main et pour eux, on essaie d'aider ces jeunes à s'en sortir" commente l'élu. Ce genre de coopération va continuer promettent la direction et les éducateurs du centre de Moissannes.

Partager sur :