Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Haute-Vienne: les gilets jaunes s'emparent du Grand Débat National

dimanche 27 janvier 2019 à 6:04 Par Delphine-Marion Boulle, France Bleu Limousin

A Blond ce samedi, les gilets jaunes ont organisé une première rencontre dans le cadre du Grand Débat National. Ici pas de grande assemblée, mais des petits groupes de travail pour dresser des constats et proposer des solutions pour faire revivre le milieu rural.

A Blond ce samedi une quarantaine de personnes ont participé à la rencontre organisée par les gilets jaunes de Bellac et Saint-Junien dans le cadre du Grand Débat National
A Blond ce samedi une quarantaine de personnes ont participé à la rencontre organisée par les gilets jaunes de Bellac et Saint-Junien dans le cadre du Grand Débat National © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Blond, France

Alors que certains gilets jaunes manifestaient à Guéret ou Limoges, d'autres ont décidé de s'emparer du Grand Débat National. A Blond, en Haute-Vienne, certains ont organisé une rencontre pour échanger, et trouver des solutions aux problèmes du milieu rural. 

Grand Débat National et petits ateliers citoyens 

Ce samedi après-midi, ils sont près d'une quarantaine réunis dans la salle des fêtes de Blond, un petit village près de Bellac en Haute-Vienne. Une rencontre dans le cadre du Grand Débat National voulu par Emmanuel Macron, mais ici, il n'est pas question de faire une assemblée et parler à tour de rôle. Les gilets jaunes ont décidé de proposer des ateliers ouverts aux gilets jaunes mais aussi aux simples citoyens. le but ? "faire de la vraie politique, pas de la politique politicienne, pas la politique des partis ou du gouvernement mais la politique du vivre ensemble au quotidien" explique Marie-Dominique, l'une des organisatrice. 

La règle est simple, chacun s’installe à une table, par groupe de 5 ou 6 personnes, tous vont d'abord réfléchir, faire un constat de leurs doléances, des dysfonctionnements avant de trouver des solutions. _"Ils ont à leur disposition un cahier auto-copiant carboné dans lequel ils vont écrire leurs idées, leurs doléances et puis les solutions qu'ils pourraient proposer aussi"_ explique Marie-Dominique qui détaille ainsi qu'une copie sera remise dans le cadre du Grand Débat National, tandis qu'une autre sera analysée, décortiquée puis synthétisée par les gilets jaunes eux-mêmes. 

Anne recopie les premières conclusions de son groupe sur les dépenses et recettes de l'Etat dans un cahier auto-copiant . Une copie du texte ira au Grand Débat National, une autre aux Gilets Jaunes  - Radio France
Anne recopie les premières conclusions de son groupe sur les dépenses et recettes de l'Etat dans un cahier auto-copiant . Une copie du texte ira au Grand Débat National, une autre aux Gilets Jaunes © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Monde rural abandonné, justice fiscale, services publics 

A la table de Jean-François on étudie les dépenses publiques mais aussi les recettes de l'Etat et l'argent qui a pu être gaspillé. Le constat est sans appel, Alice sa voisine parle même d'"obsolescence programmée" à propos du sort des petites communes rurales du nord de la Haute-Vienne. Jean-François, lui, décrit son quotidien, s'y reflète le sentiment d'abandon "Si on est gravement malade le dimanche, il n'y a qu'un seul numéro, celui des pompiers ! Il n'y a pas de médecins, pas d'hôpital, il n'y a rien ! Pour aller faire des courses, pour aller à la poste, pour aller à la banque je dois faire 16 kilomètres aller-retour, si la poste part ce sera pire, d'où la nécessité absolue d'avoir une voiture !" explique le jeune retraité.  

Gilets jaunes et simples citoyens ont travaillé par petits groupes tout au long de l'après-midi avant de rédiger leurs doléances et propositions dans des cahiers auto-copiants. - Radio France
Gilets jaunes et simples citoyens ont travaillé par petits groupes tout au long de l'après-midi avant de rédiger leurs doléances et propositions dans des cahiers auto-copiants. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

A la table d'en face, on parle fiscalité, précisément, justice fiscale et Michel a bien une petite idée à proposer _"_Les impôts devraient être supprimés dans la mesure où ils ne laissent plus de revenu vital. Par exemple dans le monde agricole, les paysans paient des impôts mais ils se retrouvent avec 300 euros par mois pour vivre !" . Son groupe de travail a aussi entrepris de reformuler les questions exprimées par le Président de la République dans sa "Lettre aux français". 

Claudine a imprimé des textes officiels, des rapports, des articles pour aider les participants mais certaines questions demeurent sans réponse comme le nombre de taxes en France.  - Radio France
Claudine a imprimé des textes officiels, des rapports, des articles pour aider les participants mais certaines questions demeurent sans réponse comme le nombre de taxes en France. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Tout cela s'appuie sur des documents, des articles, des rapports, des textes officiels, soigneusement imprimés par Claudine. Pour aider les participants, elle a imprimé les textes officiels comme la Constitution de la Veme République ou encore la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen mais aussi les rapports comme celui présenté en novembre dernier par Edouard Philippe sur la transition écologique. Elle l'avoue tout ça prend du temps et sa tache n'est pas toujours facile."J'ai essayé de retrouver le nombre de taxes qu'il y a en France. J'ai retrouvé la question au gouvernement d'un sénateur qui lui même ne savait pas combien il y en avait ! Moi j'en ai trouvé 360, mais apparemment il n'y en aurait que 252" lance-t-elle, un sourire aux coins des lèvres, avant de plaisanter "Alors, c'est à vérifier ! Je fais un appel à témoins !". 

D'ici là, chacun va soigneusement recopier ses doléances, ses idées, ses solutions au propre dans les cahiers  carbonés alors que les gilets jaunes comme Marie-Dominique réfléchissent déjà à réitérer l'exercice dans les semaines à venir.