Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Haute-Vienne : plus de demandes mais moins de places aux vacances du Secours populaire

-
Par , France Bleu Limousin, France Bleu

Malgré l'épidémie de Covid-19, les vacances du Secours populaire auront bien lieu en cet été 2020 en Haute-Vienne. Mesures sanitaires obligent, moins de monde pourront partir - 600 personnes dont 200 enfants. Et pourtant, après le confinement, il y avait du monde qui avait envie de vacances.

Les vacances du Secours populaire concerneront 600 personnes cet été en Haute-Vienne (illustration).
Les vacances du Secours populaire concerneront 600 personnes cet été en Haute-Vienne (illustration). © Radio France - Justine Dincher

Pour le Secours populaire de la Haute-Vienne, proposer des séjours en 2020 est déjà une victoire. "On a décidé le 22 juin de maintenir les activités. Il a fallu s'adapter et se réadapter, dans un laps de temps record", explique Thierry Mazabraud, le secrétaire général de l’association. Pour un premier séjour à partir du 13 juillet, cela fait court, effectivement. Mais cette année, comme tous les ans depuis 1946, les vacances du Secours populaire vont pouvoir avoir lieu. Au programme pour la Haute-Vienne, des séjours à Meschers, Les Mathes et La Rochelle (Charente-Maritime), mais à Saint-Nérée (Hautes-Pyrénées) et Leucate (Aude). 

Une centaine de personnes en moins à partir

Cette année, 600 personnes vont pouvoir profiter de ces séjours sur une journée, deux jours, une ou deux semaines. Parmi elles, 200 enfants, mais les séjours sont aussi ouverts aux personnes isolées et aux seniors. 600, c'est une centaine de moins que l'an dernier, strict protocole sanitaire oblige. 

"On a eu des difficultés à trouver des places sur les structures organisatrices, qui ont parfois divisé leur nombre de places, parfois par deux ou trois", comme les centres de la Ligue de l'enseignement, explique Thierry Mazabraud. Et pourtant, malgré des parents qui ont eu des "réticences" à envoyer leurs enfants par peur du virus, il y a eu davantage de demandes, avec 100 à 150 appels de plus que les années précédentes. Un effet Covid, juge le secrétaire général pour qui les vacanciers cherchent à "profiter d'un bol d'air pour trouver la page d'un confinement difficile. Notamment les enfants qui habitaient dans un logement insalubre, qui étaient dans la promiscuité avec leurs parents, avec des relations parfois compliquées...". 

ça fait deux ans que je n'avais pas vu la mer !

Ce bol d'air, Élina en a eu besoin. Les 14 et 15 juillet, elle est partie avec sa fille Imane, 9 ans, et une cinquantaine de personnes visiter La Rochelle. "On avait besoin de partir après le confinement, c'était un grand bonheur. Moi je viens de Madagascar, sur la côte. Et ça fait deux ans que je n'avais pas vu la mer !", se réjouit l'habitante de Cognac-la-Forêt, qui a payé une participation symbolique de 18 euros pour ce séjour. Et la petite Imane a apprécié le Vieux-Port de La Rochelle, d'avoir vu Fort Boyard et ramassé des coquillages. "Je me suis dit que peut-être, on pourrait habiter ici", sourit l'élève de CM1. 

Le Secours Populaire 87 a présenté ses séjours 2020 ce lundi.
Le Secours Populaire 87 a présenté ses séjours 2020 ce lundi. © Radio France - Thomas Coignac

"L'idée c’était d’envoyer les personnes dans un environnement sécurisé, mais aussi sur des lieux où ils allaient pouvoir faire un minimum de choses. Si les plages et les centres de vacances étaient restés fermés, cela aurait été très compliqué". Des séjours ont tout de même dû être annulés comme un grand voyage parents-enfants, qui sera peut-être reporté à la Toussaint. Il n'y aura pas non plus d'activité cette année au lac de Saint-Pardoux. En continuant les grands départs, qui s'échelonnement jusqu’au 30 août, le Secours populaire de la Haute-Vienne surveille la situation avec attention. Notamment pour son séjour de Port-Leucate, à une soixantaine de kilomètres de la frontière franco-espagnole, particulièrement surveillée par le gouvernement.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess