Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le catenacciu, la plus célèbre des processions corses

jeudi 29 mars 2018 à 19:10 Par Marion Galland et Pierre-Louis Antoniotti, France Bleu RCFM

Les processions du vendredi Saint rencontrent toujours autant de succès à travers toute la Corse même si le traditionnel catenacciu de Sartene est aujourd'hui la plus célèbre.

Le catenacciu aura lieu ce vendredi soir dans les rues de Sartene
Le catenacciu aura lieu ce vendredi soir dans les rues de Sartene © Maxppp - Maxppp

Corse, France

C’est la plus célèbre et la plus ancienne des traditions religieuses de l’île. 

Le catenacciu se déroule, comme chaque année, devant plusieurs milliers de personnes, le soir du vendredi Saint dans les rues de Sartene. 

Le catenacciu attire chaque année des milliers de personnes à Sartene - Maxppp
Le catenacciu attire chaque année des milliers de personnes à Sartene © Maxppp - Maxppp

Cette procession symbolise la montée du christ au Calvaire. Vêtu d’une aube rouge, cagoulé et pieds nus, le pénitent effectue son chemin de croix dans les rues de la ville. 

Secret

Nul ne connaît l’identité du pénitent.

Deux jours avant la procession, il entre au couvent Saint-Côme et Damien pour commencer à se recueillir. Il en sortira une première fois pour la première procession, celle du jeudi soir, où il se mêlera de manière anonyme à la foule avant de se retirer à nouveau au couvent.  

Certains candidats attendent plusieurs années avant de pouvoir devenir "pénitent" - Maxppp
Certains candidats attendent plusieurs années avant de pouvoir devenir "pénitent" © Maxppp - Maxppp

Les « candidats » attendent parfois plusieurs années avant de pouvoir porter la croix. Profondément religieux, le catenacciu, fait désormais partie de la tradition et a parfois perdu son identité initiale, même si de nos jours, le culte de la mort reste très présent en Corse. « On le voit notamment au nombre de personnes qui assiste aux enterrements », explique Jean-Yves Coeroli, vicaire général de Corse. « En quelques sortes pendant le Catenacciu, on accompagne Jésus au tombeau comme on accompagne nos défunts ».

Jean-Yves Coeroli, vicaire général, "il y a encore cette foi chrétienne"

La croix de bois portée par le pénitent pèse près de 35 kilos - Maxppp
La croix de bois portée par le pénitent pèse près de 35 kilos © Maxppp - Maxppp

Des processions dans toute la Corse

Quant à l’aspect religieux, « il y a encore cette foi chrétienne », poursuit-il, « même s’il y a de moins en moins de pratiquants, il reste quelque chose de cet attachement au Christ, qui se concrétise dans la participation à ces processions. »

"Ces" processions, puisque toute la Corse ou presque est concernée, même si le Catenacciu de Sartene reste aujourd’hui l’événement le plus célèbre. 

Jean-Yves Coeroli, vicaire général, " les noms divergent mais on célèbre la même chose"

« J’ai été curé à Calvi et Saint-Florent et il y avait aussi des processions avec un pénitent », raconte le vicaire général. «  Il y a d’autres lieux de Corse même s’ils sont moins célèbres. Les noms divergent, "catenacciu" à Sartene, "incatinatu" à Bisinchi, mais on célèbre la même chose » 

15 kilos de chaînes sont attachés aux pieds du pénitent - Maxppp
15 kilos de chaînes sont attachés aux pieds du pénitent © Maxppp - Maxppp

Le poids du pêché 

Ce vendredi soir, le pénitent rouge arpentera donc les 1,8 kilomètres de la procession, en portant sur ses épaules une croix de bois de 35 kilos. Alourdi par 15 kilos de chaînes attachées à ses pieds, à trois reprises, à l’image du Christ, il tombera, avant d’être crucifié.