Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Identification ADN des crottes : "Il faut éduquer les propriétaires des chiens"

mercredi 6 avril 2016 à 10:27 Par Aurélie Bambuck, France Bleu Gironde et France Bleu

Le laboratoire bordelais Animagene a mis trois ans pour développer un procédé qui permet d'identifier un chien grâce à l'ADN relevé dans les déjections de l'animal. Pour le directeur du laboratoire, Christian Doutremepuich ce projet participe à l'éducation des propriétaires de chiens.

Le laboratoire Animagene se lance dans l'identification des chiens via l'ADN
Le laboratoire Animagene se lance dans l'identification des chiens via l'ADN © Maxppp - maxppp

France Bleu Gironde : Pourquoi vous êtes vous lancé dans la traque aux chiens et à leurs propriétaires ?

Chrisitan Doutremepuich : Notre laboratoire est spécialisé dans l'identification des traces via l'ADN depuis 20 ans. Nous avons été emmenés à travailler sur de l'ADN canin sur des personnes qui étaient mordues, et quand on ouvrait la porte du laboratoire, nous avions un certain nombre de déjections qui ornaient notre trottoir. Nous avions pris l'habitude de balayer ces déjections, pour les mettre dans le caniveau, et un jour on s'est dit pourquoi est-ce qu'on identifierait pas ces déjections par l'ADN simplement. Les déjections sont un concentré de bactéries qui dégradent l'ADN, et donc l'analyse a été particulièrement difficile. Nous avons mis plusieurs années à étudier de façon scientifique et très sérieuse, cette possibilité d'analyser l'ADN des déjections, nous y sommes arrivés, et à partir de là, l'analyse devient très simple puisqu'il suffit que les propriétaires qui ont un chien dans un secteur bien précis, le déclare à la mairie et l'ADN du chien qui vit dans un secteur bien précis sera prélevé par un prélèvement buccal totalement indolore.

Comprenez-vous le manque d'engouement de certaines municipalités comme Bordeaux, qui trouvent le procédé cher et compliqué ?

C'est un prix raisonnable, 60 euros. Les déjections canines représentent pour beaucoup de citoyens une priorité. Ce procédé que l'on a mis au point répond à une préoccupation des citoyens. C'est à la mairie de définir ses priorités

Est-ce que le procédé marche déjà ?

C'est appliqué depuis peu dans une ville en Espagne. Et en 3 mois le test a montré qu'il y avait 80% des déjections canines qui ont disparu de la rue. Ce chiffre parle de lui même. C'est un phénomène éducatif et de formation.

►►► LIRE AUSSI | Le reportage sur le kit de prélèvement mis au point par Animagene