Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Hommage à Samuel Paty à Montpellier : "Ça aurait pu être n'importe lequel d'entre nous"

-
Par , France Bleu Hérault

Selon la police, environ 2.000 personnes ont participé à l'hommage rendu à Samuel Paty à Montpellier, ce dimanche 18 octobre 2020. La foule a observé une minute de silence pour le professeur assassiné et a entonné la Marseillaise.

Les caricatures de Charlie Hebdo, brandies dans le rassemblement à Montpellier.
Les caricatures de Charlie Hebdo, brandies dans le rassemblement à Montpellier. © Radio France - Clara GUICHON

Comme partout en France, un hommage à Samuel Paty a été organisé à Montpellier, ce dimanche 18 octobre 2020. Selon la police, 2.000 personnes se sont rassemblées devant la préfecture, à la mémoire du professeur assassiné à Conflans-Sainte-Honorine.

Arrivé en avance, Stéphane tient dans une main une rose blanche, dans l'autre, une Une de Charlie Hebdo. Le quadragénaire a choisi le numéro publié à l'ouverture du procès des attentats de janvier 2015, avec le titre "Tout  ça pour ça" et les caricatures de Mahomet. Le Montpelliérain se mobilise à chaque acte terroriste commis en France : Charlie Hebdo, le Bataclan ou encore Nice. "Rien ne pourra remplacer la perte du prof, mais on est là, assure Stéphane. Et chaque fois qu'il le faudra, je ne dis pas "je", mais "on" sera là."

"Ça devrait presque être une obligation morale de montrer les caricatures en cours, en souvenir du collègue qui est mort." - Olivier Fonzes, professeur d'histoire-géographie à Lodève.

2.000 personnes se sont rassemblées devant la préfecture de Montpellier, selon la police.
2.000 personnes se sont rassemblées devant la préfecture de Montpellier, selon la police. © Radio France - Clara GUICHON

Olivier Fonzes, professeur d'histoire-géographie à Lodève, a lui scotché la Une du journal satirique au dos de son sweat à capuche. "Ça aurait pu être n'importe lequel d'entre nous", lâche-t-il. Le quinquagénaire a déjà montré les caricatures de Mahomet à ses élèves. "Le collègue a été assassiné parce qu'il était tout seul dans sa classe alors on devrait tous le faire, explique-t-il avec émotion. Ensemble, on est plus fort."

Samuel, un étudiant montpelliérain en licence d'histoire, se rappelle de l'un de ses professeurs d'histoire-géographie.

"Il faudrait que notre administration nous soutienne à chaque moment et pas uniquement pendant les moments tragiques." - Valérie Gagner, secrétaire départementale de la CGT Éducation de l'Hérault.

Samuel Paty était affecté depuis qu'il avait montré des caricatures de Mahomet en classe. Un parent d'élève avait notamment diffusé une vidéo sur les réseaux sociaux dans laquelle il qualifiait le professeur de "voyou".

"C'est très rare, quand un fonctionnaire alerte l'administration et demande une protection, qu'il soit entendu rapidement, regrette Valérie Gagner, secrétaire départementale de la CGT Éducation de l'Hérault. Par exemple, quand on reçoit des objets, des insultes, des menaces... Il faut insister, c'est inadmissible.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess