Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Hommage à Samuel Paty : une minute de silence au collège George Chepfer de Villers-lès-Nancy

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Comme partout en France, des hommages à Samuel Paty étaient organisés, ce lundi matin, dans les établissements scolaires lorrains. Une rentrée particulière pour les élèves du collège George Chepfer à Villers-lès-Nancy

Prises de parole et recueillement dans la cour de récréation du collège
Prises de parole et recueillement dans la cour de récréation du collège © Radio France - Angeline Demuynck

La récréation du matin a duré plus longtemps que prévu pour les 320 élèves du collège George Chepfer en ce lundi 2 novembre, jour de rentrée des vacances de la Toussaint. Le temps pour les enseignants et la principale de l'établissement de Villers-lès-Nancy de préparer l'hommage prévu en l'honneur de Samuel Paty, ce professeur assassiné, le 16 octobre dernier, à Conflans-Sainte-Honorine.  L'occasion de revenir sur ce drame mais aussi de rappeler l'importance de la liberté d'expression. 

Les élèves et leurs professeurs se sont rassemblés dans la cour du collège un peu avant 11h, pour accueillir le recteur de l'Académie Nancy-Metz ainsi que le préfet de Meurthe-et-Moselle et le maire de Villers-lès-Nancy. 

Samuel Paty a perdu la vie parce qu'il a voulu apprendre à des enfants à construire la leur

Difficile de décrypter les émotions sous les masques mais les yeux se mettent à briller pendant la première prise de parole. C'est une professeur d'histoire géographie qui s'exprime : "Samuel Paty voyait dans ses élèves les citoyens et citoyennes de demain, à qui il faut donner des clés pour comprendre le monde et agir en adultes instruits, donc libres, déclare-t-elle des sanglots dans la voix. Il est mort parce qu'il a voulu, inlassablement, apprendre à ses élèves à exercer leur esprit critique dans le respect mutuel et la tolérance".  

La principale du collège lui succède ensuite au micro pour lire un extrait de la lettre de Jean Jaurès aux enseignants. 

C'est une professeur d'histoire géographie du collège qui a pris la parole pour rendre hommage à son confrère assassiné
C'est une professeur d'histoire géographie du collège qui a pris la parole pour rendre hommage à son confrère assassiné © Radio France - Angeline Demuynck

Dans la cour de récréation, seul le vent qui s'engouffre sous le préau trouble la minute de silence qui suit les discours. Puis viennent, spontanément, des applaudissements en l'honneur de l'enseignant tué. Les élèves sont ensuite invités à retourner en classe, à l'exception des délégués conviés à un temps de parole dans un lieu symbolique, le CDI, centre de documentation et d'information, où officie Stéphanie Fendrich. Cette professeure documentaliste est en charge notamment de l'éducation aux médias et à l'information. Une matière parfois un peu oubliée selon elle : "C'est un enseignant transversal, qui concerne tout le monde, mais on a du mal à se mettre autour d'une table et à réfléchir pour le décliner", déplore t-elle. "Je vois ça sur le long terme à travers des projets qu'on avait d'ailleurs déjà prévu avant le drame : faire venir un dessinateur de presse, travailler autour des médias, pour développer l'autonomie des élèves et leur esprit critique". 

Des temps pédagogiques plus ciblés seront organisés dans les deux semaines à venir au sein de l'établissement. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess