Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

VIDÉOS - Hommage national : "Arnaud Beltrame est devenu le nom de l’héroïsme français"

-
Par , France Bleu

La cérémonie d'hommage national à Arnaud Beltrame, le gendarme qui a été tué après avoir pris la place d'une otage lors des attaques dans l'Aude, s'est tenue ce mercredi dans la cour des Invalides, à Paris. Pour Emmanuel Macron, il incarne "l'esprit français de résistance".

Emmanuel macron a rendu hommage à Arnaud Beltrame dans la cour des Invalides, à Paris.
Emmanuel macron a rendu hommage à Arnaud Beltrame dans la cour des Invalides, à Paris. © AFP - Ludovic Marin

La cérémonie d'hommage national à Arnaud Beltrame, le gendarme tué lors des attaques de l'Aude après avoir pris la place d'une otage dans le Super U de Trèbes, s'est tenue ce mercredi matin dans la cour des Invalides, à Paris. Une cérémonie en présence des anciens présidents François Hollande et Nicolas Sarkozy, et de dirigeants politiques de tous bords dont Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et Laurent Wauquiez. Le Président Emmanuel Macron a prononcé l'éloge funèbre du gendarme, estimant que son nom était devenu "celui de l'héroïsme français".

"Accepter de mourir pour que vivent des innocents" 

Le Président a d'abord retracé la journée durant laquelle Arnaud Beltrame est décédé : "Il savait que le terroriste détenait une employée en otage. Qu'avide de néant, le meurtrier cherchait la mort. Une mort qui serait longtemps la honte de sa famille, la honte des siens, la honte de ses coreligionnaires" , a déclaré Emmanuel Macron. "Accepter de mourir pour que vivent des innocents, tel est le cœur des soldats", a-t-il dit. "Là était cette grandeur qui a sidéré la France."

"A cet instant, toutefois, d'autres, même parmi les braves, auraient peut être transigé ou hésité. Mais lui s'est trouvé face a la part la plus profonde, et peut-être la plus mystérieuse de son engagement, a affirmé Emmanuel Macron. Une décision pas seulement du sacrifice, mais de la fidélité à soi-même, à ses valeurs. Il se serait éternellement reproché de ne pas avoir fait ce choix", a jugé le Président.

"Le nom de l'héroïsme français" et "l'esprit français de résistance"

"Malgré la tristesse, malgré le sentiment d'injustice, la lueur qu'il a allumé en nous ne s'est pas éteinte. Elle s'est au contraire propagée. Le nom d'Arnaud Beltrame est devenu celui de l'héroïsme  français", a affirmé le Président. 

"Dès que nous eûmes appris son geste, ,nous avons tremblé d'un frisson singulier", a raconté Macron. "L'un d'entre nous venait de se dresser. Droit, lucide et brave. Il faisait face a l’agression islamiste, la haine, la folie meurtrière. Pour le président, le gendarme incarne "l'esprit français de résistance. Sa leçon reste gravée dans le cœur des français. Sa mémoire vivra, son exemple demeurera. J'y veillerai, je vous le promets", a assuré Emmanuel Macron. "Par la bravoure d'un seul, entraînant la Nation à sa suite, cette détermination inflexible face au nihilisme barbare convoqua aussitôt dans nos mémoires les hautes figures de Jean Moulin, de Pierre Brossolette, des martyrs du Vercors et des combattants du maquis", a poursuivi Emmanuel Macron.

"Le camp de la liberté confronté à un obscurantisme barbare" 

"Le camp de la liberté est confronté à un obscurantisme barbare", a également rappelé le Président, qui a appelé à un "regain de vigilance et de civisme face à l'islamisme souterrain".  Le Président s'est ensuite adressé à la jeunesse, citant l'exemple du geste d'Arnaud Beltrame : "L'absolu est là, devant nous", a-t-il dit.

Emmanuel Macron a terminé son éloge en faisant Arnaud Beltrame commandeur de la légion d'honneur et en l'élevant au grade de colonel.

Dans son discours, le chef de l'Etat a également évoqué la mémoire de l'octogénaire Mireille Knoll, "assassinée parce qu'elle était juive", alors qu'une marche blanche est organisée mercredi après-midi en hommage à cette rescapée de la Shoah.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu